Urbanisme | | 19/10
Réagir Par

Rénovation urbaine d’ampleur à Saint-Denis avant les Jeux Olympiques

Rénovation urbaine d’ampleur à Saint-Denis avant les Jeux Olympiques © Charles Henry

Une place Jean Jaurès végétalisée et un quartier Basilique plus fluide, voilà les deux axes autour desquels s’articule le projet de requalification du centre-ville de Saint-Denis. La ville a signé vendredi une déclaration d’engagement avec l’agence nationale pour le renouvellement urbain (ANRU). Deux autres quartiers sont concernés par le nouveau programme national de rénovation urbaine (NPNRU): ceux de Franc-Moisin et de Saussaie-Floréal-Courtille.

Sur le toit de l’office franco-québécois pour la jeunesse, Mathieu Hanotin, maire de Saint-Denis, détaille son plan. “Pour qu’un projet de rénovation urbaine soit réussie, considère-t-il, il faut accorder beaucoup plus d’importance à la rénovation des espaces publics.” A ses côtés, Nadia Hai, la ministre déléguée en charge de la ville, a fait le déplacement pour la signature de la déclaration d’engagement de la ville avec l’ANRU.

850 logements réhabilités

La métamorphose engagée dans le cadre du NPNRU concerne trois quartiers: ceux de Franc-Moisin et de Saussaie-Floréal-Courtille où les opérations ont déjà commencé et celui du centre-ville. Là, deux premiers chantiers doivent démarrer à l’automne 2022 pour végétaliser la place Jean Jaurès et détruire des rez-de-chaussée commerciaux du bâtiment Campanile, aux abords de la place du Caquet. L’achèvement de ces transformations est attendu en mars 2024.

Le maire de la ville, par ailleurs président de l’intercommunalité Plaine commune, veut aussi rendre Saint-Denis plus attractive en vue des Jeux Olympiques ” Changer d’image c’est aussi ça qui nous permettra d’agir sur les investisseurs privés pour qu’ils viennent investir notamment dans la résorption d’habitat indigne”, estime-t-il.

L’heure n’est plus aux démolitions

Dans le centre-ville, pas ou très peu de démolitions sont envisagées. 850 logements sociaux doivent être réhabilités par les bailleurs. Même si , “au Franc-Moisin, ce sera plus transformateur, précise en revanche la première adjointe Katy Bontinck, avec 450 démolitions de logement pour 645 reconstructions et 920 réhabilitations.”

Les habitants de l’ensemble immobilier dénommé “îlot 8” bénéficieront, pour leur part, “d’une résidentialisation de la dalle“, avec la création de jardins intérieurs et une ouverture des halls d’accès vers la rue.

© Bruno Fortier/Hyl/Une Fabrique dans la Ville/Bérim
Une vue d’artiste du projet de rénovation de la place Jean Jaurès et ses abords (images non contractuelles).

Pour Mathieu Hanotin, limiter les démolitions permet de préserver les financements dédiés à l’espace public. “Créer de l’espace vide pour respirer c’est bien, mais si c’est pour rien y faire ça se termine dans les mésusages” insiste l’élu.

Côté sécurité, la ville va déployer la vidéosurveillance et compte recruter 80 policiers municipaux sur 3 ans.

Au total, le nouveau programme national de rénovation urbaine (NPNRU) représente à Saint-Denis un financement global de 366,4 millions d’euros hors taxe sur les dix prochaines années, dont 132 millions de subventions de l’ANRU, assuré à plus de 70% par Action logement, et 34,4 millions d’euros de prêts bonifiés.

Déjà 2 milliards d’euros pour la rénovation urbaine en Seine-Saint-Denis

A l’échelle de la Seine-Saint-Denis, ce sont près de 2 milliards d’euros qui ont déjà été alloués pour 32 premiers projets validés, ce qui en fait le premier département d’intervention de l’ANRU en Ile-de-France selon Nicolas Grivel son directeur général.

On a bien fait de doubler l’enveloppe ANRU [passée à 10 milliards d’euros en 2017] parce que 5 milliards ça ne permettait pas d’aller au bout de l’ambition des maires“, se félicite Nadia Hai.

Déménagement du marché

Conséquence du réaménagement de la place Jean Jaurès, le marché qui s’y tient trois fois par semaine avec ses quelque 250 commerçants devra être déménagé. Celle -ci “a vocation à devenir un parc urbain, résume Mathieu Hanotin. C’est le seul endroit du centre-ville où on peut le faire parce qu’en dessous il n’y a pas de métro ou de structure. Cette transformation passera également par la requalification des commerces en bordure de la rue Jean Jaurès et par un changement du pavage actuel – tout comme celui de la place du Caquet – “pour sortir du gris partout“.

Selon le calendrier établi par le maire qui assure que des négociations ont été engagées avec les commerçants, le déménagement place du 8 mai est prévu pour la fin du printemps 2022. Sur la place Jean Jaurès, certains le voient d’un mauvais œil. “On va être séparés des commerçants de l’alimentaire [qui sont dans la Halle], peste Atik, derrière son stand de vêtements pour enfant. “Il vont nous enterrer“, considère de son côté Momo qui vend des chaussures. Djamel lui n’est pas contre “si je récupère le kiosque“, la place la plus convoitée face à la station de tramway. Pour sa part, le président du syndicat des commerçants du marché n’a pas souhaité s’exprimer sur cette question.

© Charles Henry
Le marché de la place Jean Jaurès à Saint-Denis.
Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Rénovation urbaine d’ampleur à Saint-Denis avant les Jeux Olympiques
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi