Culture | | 01/06
Réagir Par

Roman: Freddy Dzokanga raconte la descente aux enfers d’amis d’enfance à Bonneuil-sur-Marne

Roman: Freddy Dzokanga raconte la descente aux enfers d’amis d’enfance à Bonneuil-sur-Marne © Fb
Centres de vaccination à Bonneuil-sur-Marne : Voir la page

De sa jeunesse passée dans l’ancienne cité HLM Fleming à Bonneuil-sur-Marne, Freddy Dzokanga a conservé la nostalgie de ce qu’il appelle “le carrefour des mondes” tout en se désolant des vies cabossées de ses amis d’enfance. Dans son premier roman, Itinéraire Bis, auto-édité, il raconte leur parcours, espérant en faire une arme de prévention contre la délinquance.

De la barre Fleming qui illustre la couverture d’Itinéraire Bis, il ne reste plus rien. Cette résidence bâtie pour accueillir 360 familles dans les années 1960 à Bonneuil-sur-Marne a été réduite à 35 000 tonnes de gravats durant l’hiver 2017 dans le cadre du renouvellement urbain de ce quartier. C’est dans l’un de ses appartements que se sont installés les Dzokanga, une famille originaire du Congo, à la fin des années 1970. Le père, Adolphe, est professeur de lingala à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco).

“Ma famille avait fait le choix d’une vie simple dans ce quartier où, dans les années 70-80, vivaient des gens de multiples horizons. A cette époque, on pouvait vraiment parler de mixité sociale”, se souvient Freddy, le benjamin de la fratrie, né en 1975. Avec ses frères et sœurs, il assure désormais la gestion de la maison d’édition familiale pour diffuser les ouvrages de son père linguiste, aujourd’hui disparu.

En 2000, Freddy Dzokanga obtient son diplôme de management à l’université Paris. Alors que la vie s’offre à lui, il constate avec amertume la descente aux enfers d’amis d’enfance. “J’ai réalisé que la vie de la plupart de mes camarades était foutue. Leurs rêves avaient été gangrenés par l’ambition de faire fortune grâce à la délinquance”, confie-t-il. “Dans les films de voyous, les choses se terminent souvent mal pour les héros, mais des générations de spectateurs ont préféré en retenir le moment où tout va bien.”

Désœuvrement, décrochage scolaire, rêves déçus, petits délits, petits trafics, grand banditisme… “Je me suis inspiré de faits réels pour raconter l’histoire de trois amis d’enfance ayant commencé par de simples vols dans des commerces de Créteil Soleil pour terminer par le grand banditisme”, raconte l’auteur.

Dans ce roman de 380 pages, clin d’œil involontaire au code postal de Bonneuil-sur-Marne, Issa, Mohamed et David n’obéissent plus qu’à leur pacte de sang après avoir été plus ou moins lâchés par leur famille et le système scolaire.

Dix ans de galère pour publier le livre

A partir de 2010, Freddy Dzokanga commence à envoyer son manuscrit à des maisons d’édition mais il n’essuie que des refus, toujours avec les mêmes lettres type. A force de taper aux portes, il rencontre Frédéric Ploquin et Olivier Toscer, deux journalistes avec qui il se lie d’amitié. “Cela m’a permis de faire entrer mon manuscrit dans le comité de lecture d’une maison d’édition et j’ai eu des retours mais au final cela n’a pas abouti. Des amis m’ont suggéré de publier moi-même et j’ai décidé de franchir le pas en assurant la diffusion de ce premier tirage de quelques centaines exemplaires notamment grâce à la promotion sur les réseaux sociaux”. Éprouvé par ce long parcours, Freddy Dzokanga assure qu’Itinéraire Bis restera son unique livre. Il nourrit en revanche un projet de scénario pour une série.

Itinéraire Bis – 18 euros
Site internet du livre

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
3 commentaires pour Roman: Freddy Dzokanga raconte la descente aux enfers d’amis d’enfance à Bonneuil-sur-Marne
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi