Solidarité | | 19/01
Réagir Par

Saint-Maur-des-Fossés: le futur centre d’hébergement d’urgence divise

Saint-Maur-des-Fossés: le futur centre d’hébergement d’urgence divise
Centres de vaccination à Saint-Maur-des-Fossés : Voir la page

Dès le mois de mars 2021, des bâtiments de l’ancien Institut de Physique du Globe, sur le site de l’Observatoire de Saint-Maur-des-Fossés, vont servir de centre d’hébergement d’urgence pour personnes vulnérables. Depuis que la mairie a annoncé cette décision de l’État, des habitants se félicitent, d’autres le rejettent.

Délaissés depuis une grosse dizaine d’année, les anciens bâtiments de l’Institut de Physique du Globe, sur le site de l’Observatoire de Saint-Maur-des-Fossés, devraient vivre une renaissance d’ici trois mois. Des travaux de réhabilitation ont démarré la semaine dernière pour pouvoir y ouvrir d’ici mars 2021, un centre d’hébergement d’urgence pour mal-logés géré par Emmaüs Solidarité.

Le maire, Sylvain Berrios, a averti les riverains par un courrier diffusé le 4 janvier et indiqué avoir été rassuré par les intentions de la préfecture et de l’association gestionnaire. «Les services de l’État ont précisé qu’il ne s’agirait pas de publics issus de démantèlements de campements illicites. Il m’a été certifié que les conditions d’accueil seraient décentes, avec un sanitaire pour huit personnes, un nombre de places limité par bâtiment pour permettre des conditions de vie correctes, et toutes les mesures sanitaires requises dans le cadre de la pandémie de Covid 19. Des lieux d’accueil similaires ont été ouverts par Emmaüs Solidarité en Val-de-Marne à Charenton, Vincennes, Saint-Maurice, Créteil, dans des conditions satisfaisantes. (…) Par ailleurs, je pense que Saint-Maur doit prendre sa part, comme toutes les autres villes d’Île-de-France, à l’accueil des plus démunis, et il est préférable que des professionnels élaborent un projet structuré, conventionné par l’État, avec règlement intérieur et accompagnement social plutôt que des hébergements “sauvages” (squats) s’installent durablement sur des terrains occupés», a-t-il écrit.

Le centre sera animé par une équipe d’accueil présente jour et nuit et composée d’un responsable de site, d’un coordinateur logistique, d’un ouvrier qualifié pour effectuer les menues réparations du quotidien, ainsi que d’une équipe sociale chargée d’accompagner les personnes hébergées, composée d’un responsable, de 5 travailleurs sociaux, et de 12 auxiliaires socio-éducatifs.

Cette annonce a été saluée notamment par le groupe d’opposition du conseil municipal Saint-Maur écologique et citoyenne, qui a relayé l’appel de la mairie à la mobilisation des associations et bonnes volontés de la commune pour épauler Emmaüs solidarités. «Ce Centre d’Hébergement d’Urgence permet de répondre au besoin fondamental des plus démunis de disposer d’un toit et de conditions décentes de vie. Nous appelons la population, les riverains, à se rendre prochainement disponibles à la rencontre, à la solidarité, afin de vivre la diversité sociale, source de richesses et de convivialité. [Nous comptons] participer à cette mobilisation bienvenue pour faire face à l’urgence et traduire de manière concrète leurs engagements solidaires et de fraternité».

D’autres habitants ont en revanche commencé à se mobiliser contre.

«La durée de ce centre d’hébergement d’urgence nous est inconnue. Nous n’avons rien contre le fait qu’ils investissent les lieux mais craignions que les rénovations structurelles ne remettent en cause les projets de création d’espaces culturels, naturels et sportifs de cette parcelle. Il s’agit tout de même du premier site en France où l’on a pratiqué la météorologie puis la climatologie. Cela donne l’impression d’un règlement de compte entre le préfet et le maire. Nous allons mobiliser nos troupes dès ce week end pour une action de boîtage et manifestation», prévient Mihai Guyard, dont l’association de défense des intérêts locaux, Saint-Maur avec vous, compte plusieurs membres de la liste conduite par Laurent Dubois aux dernières élections municipales. [mise à jour 17:30 ce mardi : Laurent Dubois indique ne pas être membre de cette association et se désolidarise de cette initiative. “La ville de Saint-Maur joue son rôle de solidarité, en revanche, nous nous battrons pour qu’il n’y ait pas de densification à cet endroit”].

«Il s’agit d’une parcelle composée pour une large part d’espaces naturels dont une partie protégée par le plan local d’urbanisme, de six bâtiments principaux dont un pavillon d’accueil et un bâtiment d’intérêt remarquable, ce dernier étant également protégé par le PLU. L’ensemble du site est classé Sport et Nature. (…) Ce site, “La Pépinière”, sera confié à l’association Emmaüs Solidarité. Il est gardienné et Emmaüs va procéder à l’entretien des espaces verts, laissés en déshérence, et à la réfection de l’intérieur du bâtiment afin d’y accueillir prochainement ces personnes en difficulté. (…) J’ai demandé toutes les garanties à l’État du respect du plan local d’urbanisme et notamment de la destination de la parcelle. Ces garanties m’ont été apportées», assure le maire.

Sylvain Berrios explique par ailleurs que les conditions sanitaires n’ont pas permis la tenue d’une réunion publique ou de visite sur site mais qu’il est prêt à répondre aux questions adressée à l’adresse suivante : nouscontacter@mairie-saint-maur.com (mentionner “Observatoire” en objet du mail).

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
21 commentaires pour Saint-Maur-des-Fossés: le futur centre d’hébergement d’urgence divise
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi