Education | Val-de-Marne | 11/02
Réagir Par

Val-de-Marne: la nouvelle carte scolaire ne passe pas

Val-de-Marne: la nouvelle carte scolaire ne passe pas © Chloé Bergeret
Centres de vaccination à Val-de-Marne : Voir la page

Alors que la nouvelle carte scolaire 2021-2022 doit être officialisée ce jeudi 11 février en CDEN (Conseil départemental de l’Education nationale), syndicats d’enseignants Fsu, FO, CGT, Sud et la fédération FCPE (parents d’élèves) prévoient de boycotter ce rendez-vous pour protester notamment contre plusieurs fermetures de classes et le changement d’encadrement des classes allophones.

107 ouvertures et 64 fermetures fermes, 52 ouvertures et 39 fermetures conditionnelles ainsi que 6 postes en prévision des livraisons de logements, tel est l’état actuel de la carte scolaire après les dernières discussions en comité technique. Un tableau qui s’appuie sur des prévisions d’effectif de 137 452 élèves hors Ulis (Unité locale d’inclusion) et hors MTA (Moins de 3 ans) et un effectif total de 139 111 élèves.

Lire aussi : Val-de-Marne : épreuve de force autour de la carte scolaire 2021

Sur le terrain, les enseignants et parents s’inquiètent eux de la difficulté récurrente à remplacer les professeurs absents, des réseaux d’aide (Rased) qui sont rarement au complet alors que ces équipes d’enseignants spécialisés sont destinées à aider les enfants en complet décrochage dès l’élémentaire, de la suppression des postes d’enseignants destinés aux élèves qui ne parlent pas français, des pertes de décharge de directions d’école, et encore des conséquences de la crise sanitaire. La semaine dernière, une manifestation était organisée devant l’Inspection académique pour faire passer le message. “On est 25 par classe, on ne peut pas accueillir les tout-petits, ce qui est important notamment dans des endroits comme Vitry. Les grandes sections ne seront pas dédoublées cette année, ni l’année prochaine”, déplore une enseignante de Vitry. “Passer de 25 à 12 ou 13 élèves par classe est pourtant très important et permet de travailler mieux, de connaître les élèves et de les aider à rattraper les retards“, explique une institutrice de CE1, dont la classe est dédoublée.

Classes allophones

En cette préparation de rentrée 2021, la suppression de postes de classes allophones, remplacées par des postes mobiles sur plusieurs écoles, inquiète particulièrement. “La carte scolaire implique la fermeture de 7 postes d’UP2A (Elèves allophones) à temps plein. Déjà que la situation n’est pas idéale…On ne peut plus faire du sur mesure avec ces UPE2A, et encore moins si elles ne sont plus rattachées aux écoles“, fustige un délégué SnudiFo94. “La directrice académique doit reconnaître la situation particulière du Val-de-Marne“, abonde une déléguée Sud Education.

Les trous dans la raquette des Rased, Réseaux d’aide spécialisées aux élèves en difficulté, font aussi partie des irritations récurrentes des enseignants. “On ne reçoit aucune aide d’enseignants spécialisés depuis trois ans” témoigne un enseignant de Vitry.

125 jours sans remplacement à Vitry-sur-Seine

Les difficultés à remplacer les enseignants, d’année en année, figurent aussi en tête des préoccupations. “A l’école Jaurès il y a eu 45 jours d’absence de professeurs. Et comme il n’y a pas de remplaçants, les enfants passent la journée dans d’autres classes, ils ne font rien.” La situation est similaire à l’école maternelle Casanova de Vitry-sur-Seine, il n’y a pas ” de protocole sans remplaçant”, les élèves doivent rester chez eux ou être dispersés.”, explique une enseignante. Dans cette même école, des psychomotriciens sont demandés depuis trois ans, pours accompagner des enfants de “ plus en plus en retard“, ajoutent les enseignantes. “A l’école primaire Jean Jaurès de Vitry, c’est encore pire, c’est 125 jours sans remplaçants, une classe a eu cours un jour sur deux entre septembre et décembre C’est criminel, dans une époque comme celle-ci“, dénonce un professeur.

Du côté pédagogique, les initiatives proposées sans concertation préalable avec les enseignants, ajoutent encore à l’agacement, comme cela fut le cas de la méthode Légo, finalement retoquée, et actuellement la proposition de mettre en place un dispositif d’autorégulation (Dar) pour gérer les élèves souffrant de troubles du spectre autistique, sans assistant dédié (AESH).

Lire aussi : Choisy-le-Roi: les enseignants refusent la méthode de lecture Lego

Prendre en compte la crise Covid

Du côté des parents, on se préoccupe des conséquences de la crise sanitaire. “Après 5 mois sans cours, sans vraiment de cours en ligne, les élèves ont accumulé des difficultés. On voit aussi les conséquences sur le moral, il y a plus de violence dans les écoles, les enfants ne sont pas biens“, témoigne une représentante de parents d’élèves. “Les élèves du 94 sont déjà pour la plupart des élèves fragiles, mais avec le confinement c’est catastrophique“, explique la directrice de la maternelle Casanova. “Les parents sont terrifiés à l’idée d’un reconfinement avec les écoles fermées, explique t-elle, ” ce sont surtout les petites sections qui sont en retard. C’est la période où on manipule, où on apprend à parler, les retards de langage et de psychomotricité sont terribles.” Cette maîtresse raconte encore que pendant le premier confinement elle a perdu de vue trois élèves. “Les inégalités sont criantes, beaucoup de parents n’ont pas d’ordinateur ou alors un seul que tous se partage. Aucun matériel n’a été prêté. L’école crée encore plus les inégalités.”

Seul motif de satisfaction à leurs yeux : l’abandon du projet de fusion des écoles Anatole France A et B à Champigny-sur-Marne.

Dans une déclaration commune adressée au préfet, au conseil départemental et à l’inspection académique, l’intersyndicale appelle à un plan de recrutement massif d’enseignants, d’AESH, la fourniture de masques aux personnels et élèves, le réemploi des contractuels et leur titularisation, et encore une meilleure réactivité aux cas de Covid.

Lire : Champigny-sur-Marne: les écoles Anatole France ne fusionneront pas

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Val-de-Marne: la nouvelle carte scolaire ne passe pas
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi