Politique | | 18/03
Réagir Par

Villejuif: les écologistes s’opposent à la cession d’un espace de pleine terre à un promoteur

Villejuif: les écologistes s’opposent à la cession d’un espace de pleine terre à un promoteur

Le conseil municipal de Villejuif a voté ce mercredi, sans les écologistes, la cession d’une parcelle de pleine terre au promoteur Kaufman & Broad. La ville a par ailleurs adopté une charte de la construction et de la promotion.

Quelques mois seulement après la livraison des Terrasses d’Aragon, une vaste résidence de standing à Villejuif, à l’angle de l’avenue Stalingrad et de la rue du 11 novembre, un nouveau projet mixte devrait sortir de terre dans le voisinage, sous l’égide de Kaufman & Broad.

Le projet était toutefois suspendu à l’obtention d’une parcelle de pleine terre d’environ 250 m2 appartenant à la ville. Le conseil municipal de ce mercredi en a acté la vente moyennant 150 000 euros, sans les voix des partenaires écologistes de la majorité.

“Nous nous sommes engagés à suspendre toute cession de foncier en 2021 pour nous laisser le temps de réexaminer l’ensemble des projets en cours sur la ville. Nous venons tout juste de voter une charte de la construction. Aujourd’hui, nous n’avons aucune garantie que Kaufman & Broad s’y conforme”, a expliqué Natalie Gandais, adjointe à la transition écologique.

“En l’état, nous aurons 26% de logement social contre l’engagement de 36% inscrit dans la charte, même chose sur la préservation de 30% de pleine terre que nous n’atteignons pas. Enfin, il n’y a toujours pas eu de concertation des riverains notamment les habitants de la barre Duclos. Nous ne vous demandons pas d’abroger le projet mais de le retirer de l’ordre du jour. Dans l’état nous ne pouvons pas voter ce projet de l’époque de M.Le Bohellec”, a ajouté Alain Lipietz, colistier écologiste.

Le reste de la majorité plaide l’urgence de bâtir du logement social

Le sujet avait été présenté en bureau municipal cet automne par l’adjoint à l’urbanisme, Gilles Lafon, qui avait négocié avec le promoteur pour obtenir des concessions sur le projet d’origine, notamment un retrait de la façade par rapport à la rue du 11 novembre. Déjà à cette époque toutefois, le projet avait fait tiquer les écologistes. “Grâce aux négociations, nous avons augmenté la part de logement social et d’espace vert, ce n’est sûrement pas suffisant aux yeux de tous et peut être qu’il y aura à l’avenir des choses à revoir sur notre méthode de travail”, a reconnu l’adjoint tout en défendant le vote de la délibération. Alain Weber (PS), adjoint en charge du logement a également estimé que l’enjeu était trop urgent pour retarder ce projet. “Par chance, cette opération comprenait une part de logement social dont la production est attendue avec impatience pour les Villejuifois. Il faut trouver un équilibre entre notre exigence écologique et le logement social”, a défendu l’élu. Antonin Cois, conseiller municipal délégué à la politique de la ville a également indiqué que ce projet permettrait à terme de reloger des familles dans le cadre de la rénovation urbaine du quartier Lamartine et ainsi de ne pas bouleverser le calendrier de cette vaste opération.

“Cette cession est sans contradiction avec les objectifs qui sont les nôtres. La proximité du réseau de transport appelle de fait à des densités de population incomparables avec des parties de la ville comme l’est où les pôles de transports sont inexistants. A la faveur du changement de majorité, nous travaillons les projets où une marge d’amélioration est possible. Le vote de cette délibération n’obère en rien une concertation, une discussion pour permettre à la population de s’exprimer”, a tranché le maire, Pierre Garzon (PCF).

De son côté, l’ancien maire, Franck Le Bohellec (Libres), a pris la parole pour démentir avoir été à l’origine de ce projet. “Je n’ai pas validé ce projet, en revanche, j’avais passé beaucoup de temps à négocier pour faire en sorte que la vente en l’état futur d’achèvement (Vefa) soit abordable pour l’OPH”, a-t-il développé. Son groupe Villejuif rassemblée s’est abstenu de voter cette délibération.

Villejuif se dote d’une charte de la construction et de la promotion
Le conseil municipal de Villejuif a par ailleurs voté l’adoption ce mercredi d’une “Charte de la construction et de la promotion”. Ce texte servira de base méthodologique dans la mise en place des projets d’immeubles de logement de plus de 1250m². S’il n’a pas de valeur contraignante, il doit servir d’outil de discussion entre la ville et les opérateurs souhaitant y travailler pour s’accorder sur un standard qualitatif. La charte vise aussi bien des exigences en termes de qualité architecturale que de déploiement des chantiers ou de programmations et commercialisation pour proposer des prix maîtrisés.

Voir la charte

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
14 commentaires pour Villejuif: les écologistes s’opposent à la cession d’un espace de pleine terre à un promoteur
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi