Urbanisme | | 17/05
Réagir Par

Villejuif veut maîtriser son urbanisme et maintenir ses logements sociaux

Villejuif  veut maîtriser son urbanisme et maintenir ses logements sociaux
Centres de vaccination à Villejuif : Voir la page

Alors que Villejuif compte près de 40% de logements sociaux, la municipalité a décidé de maintenir le rythme dans le cadre des nouveaux projets urbains. En parallèle, une charte promoteurs doit permettre de travailler sur les aspects qualitatifs des projets.

Pour maîtriser la densification, le nouveau maire PCF, Pierre Garzon, a décidé d’augmenter la taxe d’aménagement de 9% à 20% dans la zone la plus dynamique de la ville et de modifier le PLU pour porter la part de logements sociaux dans les opérations neuves de la zone (UA) à 36% de la superficie construite dès que le projet dépasse 1250 m² de surface de plancher. En parallèle, l’élu a décidé de doter la commune d’une charte de la construction et de la promotion pour négocier les dimensions architecturales et environnementales des projets. “Nous pourrons ainsi trouver un terrain d’entente entre les hypothèses techniques et financières des promoteurs et nos invariants politiques”, explique le maire à l’attention de quelques promoteurs prêts à jouer le jeu.

“L’attraction grandissante de Villejuif a eu pour résultat une forte augmentation de la construction neuve. Elle s’est accompagnée d’une hausse des prix de plus de 20 % au cours des dernières années. Parallèlement, on constate une baisse drastique de la proportion de logements locatifs sociaux à 13 % et une quasi absence de production de logements en accession sociale à la propriété et de logements locatifs intermédiaires. Cet accroissement ne s’est pas accompagné non plus de la réalisation d’équipements publics et d’espaces verts nécessaires à l’apport de populations nouvelles, ou ce, de manière insuffisante. Il n’y a pas eu non plus de réponses fortes à l’exigence environnementale de renaturer la ville pour contribuer au confort climatique ou à l’économie de la ressource en eau, notamment par la préservation des sols et de la pleine-terre”, pose ainsi la charte dans son introduction.

“Nous sommes toujours un peu sceptiques lorsque l’on voit des chartes comportant des demandes contraires à nos objectifs. Ici la démarche s’est voulue consensuelle. Nous adhérons à la démarche tant que l’on ne tombe pas dans le dogmatisme et l’interprétation trop stricte des critères”, réagit Stéphane Slama-Royer, directeur général délégué chez Linkcity, qui s’est plié à l’exercice.

“La pandémie a montré qu’il était important de travailler à la qualité d’usage de l’habitat. Il ne suffit pas de mettre de beaux objets dans l’espace urbain, il faut que cela soit fait en cohérence. J’ai noté dans cette charte des orientations intéressantes pour favoriser la vie de proximité avec des espaces polyvalents et communs au sein des programmes pour pouvoir par exemple faire du coworking. La question de leur financement sera essentielle”, commente pour sa part Florence Crépu, architecte urbaniste associée à l’atelier Choiseul.

“Les promoteurs ont une image qui est assez déplorable auprès des administrés, riverains, habitants et il faut s’efforcer de la réhabiliter parce que nous sommes, nous aussi, préoccupés par la transition écologique, le développement durable et plus généralement la qualité environnementale de nos projets. Ils ont vocation à durer”, ajoute Marc Amzallag, directeur-général de Polycités.

L’ancien maire, Franck Le Bohellec (Libres), ne partage pas le constat de départ et veut défendre son bilan. “Nous demandions aux promoteurs de respecter le PLU révisé en 2015, le plan d’aménagement du développement durable et de présenter les projets aux riverains. Au final, sur la mandature, nous n’avons eu que deux recours. Cette charte n’est qu’une intention, c’est de la communication avec des promoteurs-camarades. Ils se vantent de s’attaquer à la maîtrise des prix de l’immobilier mais selon moi, c’est la diversité de l’offre dans la ville qui seule peut le garantir. C’est pour cela que nous avons développé du logement étudiant, de l’accession à la propriété et du logement intermédiaire”, lâche le conseiller d’opposition.

Télécharger la charte

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
7 commentaires pour Villejuif veut maîtriser son urbanisme et maintenir ses logements sociaux
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi