Politique | | 11/05
Réagir Par

A Villeneuve-Saint-Georges, la crise municipale fragilise le maire Philippe Gaudin

A Villeneuve-Saint-Georges, la crise municipale fragilise le maire Philippe Gaudin © FB

Depuis près d’un an, l’ambiance se détériore chaque mois un peu plus au sein du conseil municipal de Villeneuve-Saint-Georges. Après avoir refusé de destituer la numéro deux de la ville lors du dernier conseil municipal, 20 élus de la majorité ont écrit à la préfète pour évoquer le “climat de peur” que générerait le directeur de cabinet. Une situation qui fragilise le maire Philippe Gaudin, mis en minorité à plusieurs reprises par sa propre majorité ces derniers mois.

Battu à quelques voix près aux municipales de 2014, lors desquelles il s’était allié au RN (à l’époque FN) au second tour, perdant du même coup le soutien de LR (à l’époque UMP), Philippe Gaudin (divers droite) a pris sa revanche en étant largement élu en 2020, reprenant la ville à gauche depuis 2001 avec une équipe allant des centristes à Debout la France en passant par des Républicains et des sans étiquette, mais aucun Rassemblement national. Une élection sans controverse qui a ainsi permis à l’élu de démarrer son mandat dans l’enthousiasme, sa victoire s’inscrivant dans la lignée des bascules à droite de plusieurs bastions communistes comme Valenton et Champigny-sur-Marne.

Le maire mis en minorité par sa majorité

Mais depuis près d’un an, l’ambiance au sein de l’équipe s’est progressivement détériorée. Tags contre le maire et son directeur de cabinet, plaintes, pneus de voitures d’élus crevés, voiture d’une maire-adjointe incendiée, destitution d’élus de l’exécutif, vidéo polémique filmée par caméra cachée partagée sur les réseaux sociaux… l’ambiance est tout sauf sereine. La mise en minorité du maire à plusieurs reprises en conseil municipal, une première fois concernant l’encadrement des loyers, une seconde avec le boycott du conseil par des élus majoritaires et une troisième avec le refus de destituer la première adjointe Kristell Niasme donne aussi l’impression que le capitaine ne tient plus le navire.

Une ligne politique qui déroute certains élus

“J’ai l’impression que le maire n’est plus la même personne”, confie un élu. “Les bureaux municipaux se sont transformés en longs monologues du maire”, rapporte un autre. La ligne politique de l’édile interroge par ailleurs en interne, entre son soutien aux gilets jaunes aux côtés de Nicolas Dupont-Aignan en 2018 et son accueil à bras ouverts d’une série de ministres à l’invitation du député sortant et candidat LREM Laurent Saint-Martin à quelques semaines des élections, et encore son soutien à l’encadrement des loyers, une mesure clairement marquée à gauche et qui avait été initiée par sa prédécesseure communiste Sylvie Altman, mais en même temps son parrainage à Valérie Pécresse pour la présidentielle.

Lors du dernier conseil municipal, la fronde a été claire, avec le refus de destituer la première adjointe, tout en restant mesurée, en votant le budget et d’autres points du jour avec le maire. Difficile néanmoins d’envisager encore quatre ans dans cette ambiance. “Les dossiers n’avancent plus”, estime encore un élu.

“Ma ligne politique est très simple, c’est “les Villeneuvois”. Je suis de sensibilité de droite mais je ne me préoccupe pas des étiquettes politiques. Cela n’est pas toujours simple à gérer au sein de ma majorité car il y a des sensibilités politiques différentes, mais les élus sont libres de leurs choix. Ce qui m’intéresse, ce-sont leurs compétences au service des Villeneuvois”, réagit le maire sur ce sujet.

20 élus majoritaires écrivent à la préfète

C’est dans ce contexte que 20 élus (sur 31 de la majorité) ont adressé un courrier à la préfète, focalisant le problème sur le directeur de cabinet, Jean-Christophe Canter. Dans ce courrier, dont 94 Citoyens a pris connaissance, ils qualifient ce dernier de “personnalité qui met en péril le bon fonctionnement de notre administration par ses méthodes et fait régner un climat de peur”. Et les élus d’indiquer avoir demandé sans succès au maire de le démettre de ses fonctions.

Entre le directeur de cabinet et certains élus, le point de non retour a été dépassé depuis longtemps, et une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux depuis plusieurs mois a ajouté de l’huile sur le feu. Cet extrait d’une minute capté par une caméra cachée installée dans la permanence du maire en septembre 2021 montre le directeur de cabinet en train d’expliquer à un interlocuteur que Kristell Niasme est “morte [politiquement]” ainsi que ses alliés, en employant des termes orduriers à l’encontre d’une ancienne agente et de l’ancien chef de la police municipale de Villeneuve-Saint-Georges. Une vidéo prise illégalement a dénoncé Jean-Christophe Canter qui a indiqué avoir déposé plainte pour violation de la vie privée.

Lire à ce sujet : Boycott massif de la majorité au conseil municipal de Villeneuve-Saint-Georges

Depuis cet été, un tract anonyme a aussi circulé à propos du directeur de cabinet, rappelant son parcours judiciaire. Elu maire de Senlis en 2008 contre le candidat officiel de l’UMP, l’édile s’était retrouvé mis en examen à l’automne 2009 pour prise illégale d’intérêts et délit de favoritisme. Condamné en première instance en 2016 à 50 000 € d’amende, 2 ans de prison avec sursis et 5 ans d’inéligibilité, il avait ensuite vu sa peine allégée à 1 an de prison avec sursis, 2 ans d’inéligibilité et 15 000 € d’amende en 2018. “J’ai été relaxé sur quasiment l’ensemble des chefs d’accusation”, indiquait l’intéressé à ce sujet, joint par 94 Citoyens en septembre dernier. Le tract anonyme par aussi état de la commande des nouveaux logos de lVilleneuve-Saint-Georges à une agence de communication citée dans la procédure judiciaire dont l’ancien élu a fait l’objet.

Le directeur de cabinet attaque en diffamation

Alors que le courrier des 20 élus a été révélé par le journal Le Parisien, dans un article mis en ligne le 8 mai, le maire a dénoncé par communiqué “une opération politicienne visant à affaiblir son autorité et à créer un climat de division au sein de la majorité”, dénonçant des “méthodes inquisitrices qui consistent à porter des accusations sans preuve et distiller de fausses informations malveillantes”, indiquant que ni lui ni son directeur de cabinet n’a eu copie de ce courrier, et regrettant un “tapage médiatique” qui ternit l’image de la ville. Et l’édile d’appeler à se rassembler derrière le projet pour lequel la liste a été élue en 2020 et à “cesser de cautionner les manœuvres de quelques individus qui ne poursuivent que des objectifs de pouvoir personnel.” De son côté, Jean-Christophe Canter, a également réagi dans un communiqué de la ville, annonçant “avoir porté plainte pour diffamation suite à l’article du Parisien”. Le directeur de cabinet a dénoncé dans le contenu du courrier des élus “un tissu de mensonges” et des accusations “dénuées de tout fondement”. “Que les instigateurs de ce courrier prennent leur courage à deux mains et nous disent clairement ce qu’ils me reprochent”, défie le collaborateur qui dément faire régner un climat de peur. “Je poursuivrai toutes les personnes qui s’associeront à ce courrier diffamatoire”, menace-t-il pour conclure.

Le prochain conseil municipal de Villeneuve-Saint-Georges est prévu le 30 juin.

Rappel des épisodes précédents

Ambiance OK Corral à Villeneuve-Saint-Georges
Villeneuve-Saint-Georges: le maire rétrograde Abdel Chennani, adjoint à la jeunesse
Villeneuve-Saint-Georges : la voiture d’une maire-adjointe incendiée
Une fronde dans la majorité de Villeneuve-Saint-Georges stoppe l’encadrement des loyers
Divorce à Villeneuve-Saint-Georges : le maire va destituer Kristell Niasme
Villeneuve-Saint-Georges : boycott massif de la majorité au conseil municipal
Déballage politique à Villeneuve-Saint-Georges: la majorité refuse au maire de destituer son adjointe

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour A Villeneuve-Saint-Georges, la crise municipale fragilise le maire Philippe Gaudin
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    A lire aussi