Justice | | 23/10/2022
Réagir Par

Blanchiment de fraude fiscale: la sanction des époux Balkany réévaluée en appel

Blanchiment de fraude fiscale: la sanction des époux Balkany réévaluée en appel © Matt92300 Dark Attsios

Définitivement reconnus coupables de blanchiment de fraude fiscale aggravé, Isabelle et Patrick Balkany sont rejugés mardi devant la cour d’appel de Paris, qui doit réexaminer les sanctions infligées au couple d’anciens élus.

Il s’agit du second volet de l’affaire Balkany, distinct de celui qui a valu à l’ancien maire LR de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) d’être réincarcéré pendant six mois, entre février et août, pour ne pas avoir respecté les contraintes de son bracelet électronique.

La justice a séparé ce dossier en deux parties: l’une consacrée à des soupçons de fraude fiscale, l’autre à des soupçons de blanchiment, de déclaration mensongère à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) et de prise illégale d’intérêts.

Dans ce second pan, les époux Balkany -aujourd’hui âgés de 74 et 75 ans- se sont vus infliger le 27 mai 2020, en appel, cinq et quatre ans d’emprisonnement, dix ans d’inéligibilité et, chacun, une amende de 100 000 euros.

Ils ont été reconnus coupables d’avoir dissimulé entre 2007 et 2014 quelque 13 millions d’euros d’avoirs au fisc, notamment deux fastueuses villas dans les Caraïbes et au Maroc, masquées par un chapelet de sociétés offshore et de prête-noms.

Patrick Balkany a en outre été condamné pour prise illégale d’intérêts, la cour ayant estimé qu’il avait bénéficié “d’avantages personnels” en nature dans le cadre d’un gros contrat immobilier de la ville de Levallois-Perret.

Les anciens élus ont formé un pourvoi devant la Cour de cassation qui, le 30 juin 2021, a rejeté leur recours concernant leur culpabilité, rendue ainsi définitive.

En revanche, la haute juridiction a estimé que la cour d’appel n’avait pas appliqué correctement la loi en prononçant la confiscation du moulin de Giverny (Eure), où le couple habite toujours, ainsi qu’en déterminant le montant des dommages et intérêts qu’ils devaient verser à l’Etat (un million d’euros).

La Cour de cassation a donc ordonné un nouveau procès et, pour laisser plus de liberté à la nouvelle formation de la cour d’appel qui va rejuger l’affaire, annulé l’intégralité des peines et les intérêts civils.

“Madame Balkany fait confiance en la justice”, a simplement déclaré son avocat Me Pierre-Olivier Sur à l’AFP.

L’avocat de Patrick Balkany n’a pas souhaité faire de déclaration.

Les enjeux de cette audience résident dans la conservation, ou non, du moulin de Cossy, dont les enfants Balkany sont nu-propriétaires, et dans le montant des dommages-intérêts qu’ils auront à payer.

Les peines d’emprisonnement peuvent être aggravées ou allégées, voire confondues avec celles prononcées dans le volet fraude fiscale de l’affaire.

Dans ce dernier volet, les sanctions de trois ans de prison ferme prononcées en appel le 4 mars 2020 sont définitives, les Balkany n’ayant pas formé de pourvoi en cassation.

Patrick Balkany avait été incarcéré cinq mois après le jugement de première instance et le couple purgeait depuis l’appel ces peines sous bracelet électronique.

Mais, après une centaine d’incidents, cette mesure leur a été retirée et, le 7 février, Patrick Balkany a été réincarcéré à Fleury-Mérogis (Essonne). Il en est ressorti le 5 août, la cour d’appel ayant accédé à sa demande d’aménagement de peine après un “ultime avertissement”.

Son épouse a elle aussi vu son bracelet révoqué mais l’examen de sa situation avait été repoussé du fait de son hospitalisation, qui a duré jusqu’à début juin.

Dans tous les cas, les Balkany n’en auront pas fini avec la justice. 

Patrick Balkany a été mis en examen à Nanterre pour abus de bien sociaux, détournements de fonds publics et prise illégale d’intérêts, soupçonné d’avoir mis à disposition de son gendre des immeubles de bureaux, sans versement de loyer.

Dans une autre affaire où il est accusé d’avoir eu recours à des agents municipaux comme chauffeurs privés, sa mise en examen pour détournements de fonds publics a été confirmée en décembre.

En outre, le couple sera jugé en avril 2023 à Nanterre pour avoir diffusé deux photomontages à caractère sexuel de leur ancien conseiller municipal à Levallois-Perret, devenu leur opposant.

par Anne LEC’HVIEN

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Blanchiment de fraude fiscale: la sanction des époux Balkany réévaluée en appel

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.