Société | | 18/01
Réagir Par

Bobigny: expulsion violente d’un squat après un appel à l’action sur les réseaux sociaux

Bobigny: expulsion violente d’un squat après un appel à l’action sur les réseaux sociaux

23 personnes venues expulser violemment un couple avec un enfant occupant un pavillon de Bobigny (Seine-Saint-Denis) ont été interpellées samedi pour “violences en réunion” et “violation de domicile”. Leur action faisait suite à des reportages sur une situation de squat dans le pavillon d’une grand-mère, relayée en boucle sur les réseaux sociaux jusqu’à un appel à l’action par la rue d’un blogueur lyonnais.

Vers 20H30 samedi, les forces de l’ordre interviennent sur une rixe impliquant plus d’une quarantaine de personnes.  Vingt-trois d’entre elles étaient venus prêter main forte au fils de la propriétaire d’un pavillon qui voulait expulser les personnes présentées comme des squatteurs. Ils ont dégradé la porte d’entrée pour entrer dans les lieux et frappé un des occupants à coups de barre de fer, relate une source policière.

Souffrant d’une plaie saignante au front et d’un traumatisme crânien, la victime était transportée à l’hôpital sans pronostic vital engagé, poursuit la même source.  Sur plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, on aperçoit une petite dizaine d’hommes à l’intérieur de la maison entourant une femme et l’enjoignant à sortir du domicile, alors que les pleurs d’un enfant sont audibles. Un couple avec un bébé auraient été délogés, selon une source proche du dossier.

Les 23 personnes ont été placées en garde à vue au commissariat de Bobigny pour “violences en réunion”, “violation de domicile”, “dégradations volontaires” et “expulsion sauvage”, indique le parquet de Bobigny qui a levé la garde à vue ce lundi soir.

Un squat médiatisé

“La légalité du titre d’occupation des victimes est en cours d’analyse”, précise le parquet alors que cette expédition fait suite à la médiatisation de la situation des propriétaires. Un article du Figaro, suivi par un reportage de CNews sur un jeune homme, qui se fait prénommer Youssef, s’était en effet répandu comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. 

Dans ses interviews, Youssef indique que des “squatteurs” occupent depuis plusieurs semaines le pavillon de sa mère de 75 ans et se sont débarrassés d’une partie de leurs affaires.

Un appel à la mobilisation lancé par un blogueur lyonnais

Quelque milliers de retweets plus tard, le partage du reportage télévisé de CNews finit en un appel à la mobilisation lancé par Bassem, blogueur lyonnais aux propos polémiques parfois injurieux, très suivi sur Snapchat et accumulant des dizaines de millions de vues sur YouTube.

Via les réseaux sociaux, des “équipes”, se constituent alors pour aller prêter main forte au fils de la propriétaire.  L’expulsion a ensuite été couverte via son fil Twitter.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Bobigny: expulsion violente d’un squat après un appel à l’action sur les réseaux sociaux
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    A lire aussi