Histoire | | 28/01
Réagir Par

Commémoration de la Shoah à Drancy: “poursuivre inlassablement un travail de transmission”

Commémoration de la Shoah à Drancy: “poursuivre inlassablement un travail de transmission” © Charles Henry

Il y a 80 ans, de 1941 à 1944, ce-sont des dizaines de milliers de citoyens juifs qui ont été internés à la Cité de la Muette de Drancy, avant d’être déportés à Auschwitz et autres camps de la mort. Dans cette cité restée habitée, la vie a repris le dessus depuis longtemps mais les temps de commémoration comme le monument des déportés invitent à ne pas oublier.

C’est un peu impressionnés qu’Ines et Ryan, élèves en classe de CM2 de l’école Pablo Picasso de Drancy, ont participé à la cérémonie en hommage aux victimes de la Shoah. Tous deux ont avancé, jeudi à 16h00, aux côtés de Nathalie Elimas, secrétaire d’Etat chargée de l’éducation prioritaire, pour déposer une gerbe de fleurs au pied du monument aux déportés érigé en 1976. La sculpture en granit rose de l’artiste franco-israélien rescapé des camps, Shelomo Selinger, marque l’entrée de la cité Muette.

Avec leurs camarades, ils viennent justement de visiter le musée du Mémorial de la Shoah de Drancy où ils ont découvert comment cet ensemble de logements sociaux est devenu le principal camp de regroupement des Juifs de France avant la déportation. Selon la Fondation pour la mémoire de la Shoah, environ 67 000 des 75 000 Juifs déportés de France y ont été internés entre l’été 1941 et l’été 1944. La plupart ont été assassinés dès leur arrivée au camp d’extermination d’Auschwitz en Pologne, dont ce 27 janvier marque le 77ème anniversaire de la libération. Cette journée a été instituée comme journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité par le conseil de l’Europe en 2002.

© Charles Henry
Olivier Lalieu et Nathalie Elimas au musée du Mémorial de la Shoah à Drancy, le 27 janvier.

Cohabitation de deux histoires

Ce qui marque énormément les enfants, comme les adultes que nous accueillons, c’est que la cité soit encore habitée. On leur explique que si elle n’avait pas été habitée, elle aurait potentiellement été détruite comme ça a été le cas de nombreux autres camps d’internement“, explique Laurine, médiatrice au Mémorial de Drancy. “C’est donc aussi l’occasion d’expliquer l’histoire des logements sociaux.”

Construite à partir de 1931 en forme de fer à cheval, la cité Muette est, en effet, l’un des premiers immeubles d’habitation collective en Ile-de-France. Quelque 500 habitants y vivent aujourd’hui. De la page sombre de la déportation, presque rien n’a changé à l’exception des barbelés et des miradors qui ont disparu. Et derrière le monument aux déportés, un wagon témoin de la déportation a également été installé en 1980.

Transmission

Ce travail mémoriel participe pleinement à la formation des futurs citoyens en leur montrant de quoi leurs semblables ont un temps été capables, commente Nathalie Elimas. L’étude de l’engrenage de cette période effroyable de l’Histoire est nécessaire pour lutter contre l’antisémitisme, bien sûr, mais aussi contre le racisme sous toutes ses formes, les discriminations et la désinformation en ligne.”

Pour Olivier Lalieu, responsable de l’aménagement des lieux de mémoire et des projets externes du Mémorial de la Shoah, “enseigner et transmettre l’histoire de la Shoah c’est aborder une page fond de l’histoire de l’humanité qui montre l’aboutissement de ce que le racisme et l’antisémitisme ont pu produire de pire. C’est pour cela qu’au Mémorial on aborde aussi l’histoire de l’ensemble des génocides du 20ème siècle pour faire réfléchir sur les mécanismes qui sont récurrents.”

Sur les 38 000 visiteurs reçus en 2019, les trois quarts sont des élèves, dont 60% sont scolarisés en Seine-Saint-Denis. “Depuis l’ouverture du Mémorial en 2012, les demandes de visites des écoles ont fortement augmenté“, ajoute Tito Elbez, qui s’occupe du service logistique du Mémorial.

Un antisémitisme encore fort

Avec la disparition des derniers survivants des camps, cette transmission est devenue d’autant plus indispensable que l’antisémitisme reste fort dans certaines franges de la population française. Selon un sondage de l’IFOP rendu public le 26 janvier, plus d’un Français juif sur deux (53%) déclare avoir déjà été victime d’insultes antisémites et 45% demandent à leurs enfants de ne pas dire qu’ils sont juifs.

Face à ce constat, “il faut poursuivre inlassablement ce travail de transmission en allant à la rencontre des publics les plus divers, dans les établissements scolaires, partout sur le territoire“, considère Olivier Lalieu qui est par ailleurs historien spécialiste de la déportation. Ce travail c’est aussi participer à faire vivre et défendre les valeurs de la République et de la démocratie.

Ce qui m’inquiète, c’est qu’à écouter certains discours, on a l’impression de revenir des années en arrière, estime pour sa part Nathalie Elimas. Comparer le passe sanitaire à l’étoile jaune, une politique de santé publique à des méthodes génocidaires, c’est donner une légèreté intolérable aux faits historiques. De la même façon, lorsque l’on nie l’existence de la Shoah ou lorsque l’on affirme que le maréchal Pétain a sauvé les Juifs de France, on ne respecte pas les valeurs de la République qu’on prétend souvent défendre. Cette recrudescence, qui est réelle, est la raison pour laquelle nous devons continuer à combattre sans relâche le fléau qu’est l’antisémitisme. Là aussi, les structures mémorielles telles que le Mémorial de la Shoah ont tout leur rôle à jouer.

De son côté, le rabbin de Drancy, Haïm Yves Ammar tient cependant à saluer “la bonne entente qui lie les communautés religieuses musulmane, chrétienne et juive qui permet de créer un véritable bien-vivre à Drancy et qui explique que l’on y vit très bien.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Commémoration de la Shoah à Drancy: “poursuivre inlassablement un travail de transmission”
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi