Urbanisme | | 10/08/2022
Réagir Par

Contestations des expropriations du Grand Paris Express au Perreux-sur-Marne : premiers jugements en septembre

Contestations des expropriations du Grand Paris Express au Perreux-sur-Marne : premiers jugements en septembre © Explorations et Architecture

Alors que l’actuelle station de RER E Nogent Le Perreux sera doublée d’une station de métro de la ligne 15 Est du Grand Paris Express à l’horizon 2030, l’acquisition des parcelles nécessaires au chantier a démarré, à la fois à l’amiable et via des expropriations. Une dizaine de propriétaires ont décidé d’aller en justice qui devrait trancher les premiers dossiers dès la rentrée.

Située en dessous de l’actuelle gare, en grande profondeur, la future station occasionnera un chantier entièrement situé du côté du Perreux-sur-Marne. Une fois réalisée, la ligne 15 Est (Champigny – Saint-Ouen), interopérée avec la 15 Sud (Pont de Sèvres – Noisy Champs), permettra de faire le tour de Paris par sa banlieue sans changer de rame. En attendant, la période des travaux va démarrer et l’acquisition des parcelles alentours, qui vont être rasées pour le chantier et les futures constructions, s’est fait en partie dans la douleur, avec quelques couacs dès le démarrage, lorsque les riverains ont appris leur expropriation en direct lors d’une réunion publique.

Lire : Le Perreux-sur-Marne – Grand Paris Express: les habitants découvrent leur expropriation en réunion publique

Pas d’accord amiable sur un quart des dossisers

Depuis, des négociations ont été entamées par la Société du Grand Paris (SGP), le maître d’ouvrage du métro, pour aboutir à des cessions à l’amiable, tandis que l’enquête publique suivie d’une déclaration d’utilité publique a permis de rendre les parcelles expropriables. Cette démarche vient d’aboutir avec la signature d’un arrêté par la préfète Sophie Thibault le 28 juillet, qui déclare ces parcelles cessibles. Mais plusieurs propriétaires n’y ont pas trouvé leur compte et ont saisi le juge des expropriations, estimant les prix proposés insuffisants pour se reloger dans les mêmes conditions. Une procédure d’urgence devant le juge de l’expropriation du tribunal judiciaire de Paris a été ouverte en mars dernier. “Dans notre ville, il y a trois types d’offres d’achat immobilier: le prix proposé par les promoteurs qui peuvent construire un immeuble, les prix du marché, puis les prix SGP“, commente Françoise Saunier-Laporte, présidente de l’association Agir pour le Perreux, spécialisée dans la défense de l’urbanisme, des riverains et du patrimoine local. Cette dernière fait état de proposition à 5 200 euros le m2 pour un pavillon type de 100 m2 avec 300 m2 de jardin contre 6 500 euros le m2 au prix du marché.

De son côté, la SGP fait savoir que “fin juillet 2022, les trois-quarts des 46 biens de surface à acquérir pour les besoins du chantier ont donné lieu à des accords amiables sur le montant des indemnités”, précisant que “des négociations sont encore en cours avec certains propriétaires.”

Jugements à partir de septembre

Suite à la saisie des riverains, un juge s’est rendu sur place pour visiter les biens afin de fixer le montant de l’indemnisation. “C’est intéressant de se rendre sur place pour comprendre comment ils justifient ces prix. La SGP se cache derrière les avis de valeur émis par la direction nationale des domaines et se base sur des avis de valeur des domaines et des biens vendus il y a trois ou quatre ans, non équivalents à ceux qui doivent être expropriés“, défend Françoise Saunier-Laporte. Des audiences sont prévues à la rentrée pour trancher sur les prix et l’association a d’ores et déjà prévu d’être sur place à l’une d’entre elles, le 27 septembre.

Du côté de la SGP, on espère disposer de la totalité de l’assiette foncière d’ici la fin de l’année 2022.

Le Grand Paris Express en bref
Pour rappel, le nouveau métro Grand Paris Express est principalement composé de plusieurs boucles périphériques qui permettront de faire le tour de la capitale depuis la banlieue et de rejoindre les aéroports d’Orly et de Roissy Charles de Gaulle.
La première boucle sera composée trois lignes : la 15 Sud qui reliera Pont de Sèvres (Boulogne-Billancourt) à Noisy-Champs en passant par Champigny-sur-Marne, la 15 Est qui partira de Champigny-sur-Marne pour aller à Saint-Denis Pleyel et la 15 Ouest qui partira de Saint-Denis pour rejoindre Pont de Sèvres.
A l’Est, un arc plus large sera composé de la ligne 16 de Saint-Denis Pleyel à Noisy-Champs, prolongé d la 15 Sud entre Noisy-Champs et Champigny.
Au Sud-Ouest, la ligne 18 passera par Versailles, le Plateau de Saclay et Orly.
Pour compléter ces boucles, le Grand Paris Express comprend également le prolongement nord et au sud de la ligne 14, d’un côté vers Saint-Denis Pleyel, de l’autre vers l’aéroport d’Orly, ainsi qu’une ligne 17 qui partira de Saint-Denis Pleyel pour rejoindre Le Mesnil-Amelot en passant par l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.
Au total, le nouveau métro représente 200 km de ligne qui seront jalonnés de 68 stations dont 80% en correspondance avec le réseau existant.
Les mises en service doivent s’échelonner entre 2025 et 2030.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Contestations des expropriations du Grand Paris Express au Perreux-sur-Marne : premiers jugements en septembre

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.