Santé | | 24/10/2022
Réagir Par

Covid-19 : la plainte de l’Ordre des médecins contre Christian Perronne rejetée en première instance

Covid-19 : la plainte de l’Ordre des médecins contre Christian Perronne rejetée en première instance © Daniel Roberts
Test covid19 à Garches : Voir la page

La plainte déposée en décembre 2020 par le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) contre le professeur Christian Perronne, ancien chef de service à l’hôpital Raymond Poincarré de Garches, pour des propos controversés sur l’épidémie de Covid-19, a été rejetée en première instance. Le Cnom va faire appel.

“La plainte du conseil national de l’Ordre des médecins est rejetée”, a tranché la chambre disciplinaire du conseil régional d’Ile-de-France, dans une décision rendue publique vendredi et dont l’AFP a obtenu copie lundi. Contacté, le Cnom a indiqué son intention de faire appel “dans les meilleurs délais”. 

Il y a près de deux ans, le Cnom avait examiné une série de plaintes ou de signalements visant des médecins, pour des faits ou propos tenus publiquement sur la pandémie de coronavirus.

Il avait décidé de saisir les chambres disciplinaires de première instance de plaintes, ou de s’associer à une plainte en cours à l’égard de six médecins, dont l’infectiologue Christian Perronne, alors chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine).

Dans sa plainte, le Cnom dénonçait ses “propos outranciers contraires à tout principe de dignité” , ainsi qu’à “plusieurs règles de la déontologie médicale”, et l’accusait d’avoir “fait courir un risque injustifié” aux patients par sa défense de l’hydroxychloroquine.

Des arguments balayés par la chambre disciplinaire, qui a estimé que les prises de position du Pr Perronne “n’ont pas mis en danger l’action entreprise par les pouvoirs publics”, ni promu “un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé”.

Affirmant que ce “spécialiste internationalement reconnu” était “légitime” à s’exprimer sur le sujet et “en avait même l’obligation”, l’instance souligne que le mis en cause n’a pas “appelé à la violence, ou incité à la haine, ou eu un discours -antivax-“ et qu’il n’a pas non plus “gravement mis en cause des confrères”.

Infectiologue controversé, Christian Perronne a été démis de ses fonctions de chef de service fin 2020 suite au dépôt de la plainte du Cnom.

Depuis 2020, l’AFP Factuel et de nombreux autres médias ont consacré plusieurs articles de vérifications à certaines des déclarations du Pr. Perronne sur la vaccination anti-covid, dans lesquels de nombreux scientifiques ont réfuté ses propos.

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Ile-de-France : un tiers des habitants a dû reporter ou renoncer à des soins en 2022
Le service de réanimation médicale de l’hôpital Bicêtre amputé de la moitié de ses lits faute d’infirmiers
Sanctionné pour voyeurisme, l’ancien évêque du Val-de-Marne, Michel Santier, accusé par de nouvelles victimes
Baromètre du coronavirus en Ile-de-France : point d’étape sur la 3ème vague 2022
Île-de-France : l’ancien directeur de l’ARS nommé dircab à Matignon
Ile-de-France: moins d’IVG tardives ou sur mineures, montée en pratique des sages-femmes
Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Test covid19 à Garches : Voir la page
Cet article est publié dans avec comme tags , Covid 19, , , , Santé, , vaccination
Aucun commentaire pour Covid-19 : la plainte de l’Ordre des médecins contre Christian Perronne rejetée en première instance

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.