Culture | Ile-de-France | 16/09
Réagir Par

De la mairie de Créteil au centre d’Aubervilliers : plongez dans l’architecture d’Ile-de-France en réalité augmentée

De la mairie de Créteil au centre d’Aubervilliers : plongez dans l’architecture d’Ile-de-France en réalité augmentée © Fb

Archistoire, c’est le nom de l’application développée par les conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) d’Île-de-France pour faire découvrir le patrimoine de nos villes en réalité augmentée. Les passionnés ont testé pour vous.

Ce jeudi après-midi de septembre, ils sont un petit groupe de fondus d’architecture à s’être retrouvé sur l’esplanade de l’hôtel de ville de Créteil. Aujourd’hui, ils plongent dans les trésors urbains du Créteil des années 1970 et de ses monuments emblématiques, des Choux au tribunal en passant par la mairie. Et pour commencer, une petite visite aérienne grâce à une vidéo immersive filmée par un drone.

Un repérage en hauteur proposé dans l’application mobile Archistoire, après qu’ils aient été géolocalisés place Salvador Allende. Puis, d’un clic sur la mairie de Créteil, les voilà transportés à l’intérieur.

Un peu plus loin, sur les bords du lac, c’est la faune et la flore de ce soin de nature qui se révèlent grâce à l’application. Etape suivante : les Choux, ces immeubles incontournable du paysage cristolien. “ll y a tellement de gens qui vivent ici mais ne connaissent pas cette ville et son histoire. Ils rentrent chez eux dormir et vont travailler ailleurs la journée. Avec cette application, on a une nouvelle façon de pouvoir appréhender Créteil”, s’enthousiasme Henri, qui habite le quartier de l’Echat.

Parcours des architectes, recontextualisation historique, visuels des intérieurs et parties invisibles pour un simple promeneur, l’application met le patrimoine à portée de clic.

L’histoire de ce guide interactif a démarré en 2017, dans le Var, grâce à un partenariat entre le CAUE (conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) local et l’agence 9b+. L’objectif était de renouveler le genre des visites guidées. Depuis, d’autres conseils départementaux ont enrichi l’application en créant des parcours.

Il en existe aujourd’hui une vingtaine en Île-de-France allant des quartiers de renouvellement urbain (Paris 20e, Vitry Centre-ville) aux villes nouvelles (Evry-Courcouronnes, Créteil, Saint-Quentin-en-Yvelines) en passant par l’architecture du XIXe siècle (patrimoine des bords de Marne de Créteil à Joinville-le-Pont, Argenteuil) ou des singularités comme le patrimoine des années 1950 de la ville de Sceaux, la Seine industrielle et paysagère à Nanterre, les abords de Notre-Dame de Paris ou les centres urbains d’Aubervilliers et de Saint-Denis.

Pour valoriser plus particulièrement le Val-de-Marne, le CAUE 94 a décidé d’ouvrir six parcours d’ici la fin de l’année. “Ce sont des contenus qui sont édités par des architectes urbanistes. Le parcours pour Créteil nous a mobilisés pendant un an et nous avons pu capitaliser sur nos vingt ans de partenariat avec la municipalité. L’application est en constante évolution et nous comptons l’enrichir régulièrement de nouveaux parcours”, explique Sabrina Kara, architecte au CAUE du Val-de-Marne. Consultable à distance et en mode hors-ligne, l’application peut être utilisée en classe par les enseignants. De petits personnages apparaissent le long des parcours pour poser des questions aux enfants et rendre la visite ludique.

L’application Architoire se télécharge de puis l’App Store ou Google Play, il faut ensuite télécharger les parcours.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags culture, île-de-france, patrimoine, , Urbanisme et Cadre de vie
Aucun commentaire pour De la mairie de Créteil au centre d’Aubervilliers : plongez dans l’architecture d’Ile-de-France en réalité augmentée
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi