Mouvement social | Hauts-de-Seine | 22/10/2022
Réagir Par

Echauffourées dans des lycées dans les Hauts-de-Seine : plus de 20 jeunes poursuivis

Corrige nombre de jeunes poursuivis par la justice dans le département des Hauts-de-Seine, pas seulement pour les échauffourées au lycée Joliot-Curie à Nanterre

Plus de vingt jeunes ont été poursuivis par la justice à la suite des échauffourées qui ont éclaté ces deux dernières semaines aux abords de lycées des Hauts-de-Seine, a indiqué vendredi le parquet, sollicité par l’AFP.

Dans le détail, quatre mineurs se sont vus délivrer une convocation par officier de police judiciaire (COPJ), dix-huit jeunes ont été convoqués par procès-verbal devant un juge pénal (CPPV) et un sera jugé en comparution immédiate.

Par ailleurs, un mineur a été déféré mardi devant le délégué du procureur en vue d’un stage de citoyenneté, a précisé le parquet de Nanterre, qui a ajouté que des déferrements de personnes majeures et mineures étaient “envisagées” samedi.

Des lycéens ont bloqué mardi des établissements, notamment à Paris, en soutien à la grève intersyndicale pour des hausses de salaires et le droit de grève, mais aussi contre la réforme du lycée professionnel et Parcoursup et en soutien aux élèves mobilisés de Nanterre.

Ces derniers, au lycée Joliot-Curie à Nanterre, à l’ouest de Paris, avaient entamé le 10 octobre un mouvement de protestation contre la fin du dispositif d’aide aux devoirs, le cadre d’application du principe de laïcité et en soutien à un enseignant et syndicaliste muté. 

Dès le lendemain, des heurts entre policiers et jeunes avaient éclaté et se sont poursuivis sporadiquement jusqu’à mardi dernier, où de nouveaux tirs de mortier d’artifice ont marqué la matinée.

Le climat de cet établissement est troublé depuis la mutation fin septembre de Kai Terada, professeur de mathématiques également cosecrétaire de Sud Education 92.

L’arrêté de mutation évoque une activité “en dehors des instances de dialogue social de l’établissement ou de l’exercice normal d’une activité syndicale”, selon plusieurs syndicats enseignants.

Le ministre de l’Education nationale Pap Ndiaye avait évoqué le 15 octobre “un lycée qui a un certain nombre de dysfonctionnements depuis longtemps”.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Echauffourées dans des lycées dans les Hauts-de-Seine : plus de 20 jeunes poursuivis

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.