Sport | | 16/05
Réagir Par

Football : le Red Star de Saint-Ouen vendu au fonds 777 Partners dans la douleur

Football : le Red Star de Saint-Ouen vendu au fonds 777 Partners dans la douleur © WCC Micakel Denet

Les “ultras”, supporters du Red Star de Saint-Ouen, ont continué à manifester leur colère ce week-end contre la vente de l’un des plus vieux clubs de foot français au fonds d’investissement américain 777 Partners.

La vente de ce club historique a également pris un tour politique avec une tribune publié vendredi dans le Monde, signée par plusieurs personnalités, dont le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, demandant de “bloquer la vente” de “ce bien commun”. 

Deux jours plus tard, dimanche, la “colère” et la “déception” n’ont pas disparu des allées du Stade Bauer. Les Ultras ont organisé dans cette antre centenaire la première édition du “Festi’Bauer”, “une fête populaire gratuite avec des associations de Saint-Ouen”, explique le responsable du groupe des ultras Vincent Chutet-Mezence.

Avant, une gerbe a été déposée devant le domicile du docteur Jean-Claude Bauer pour marquer les 80 ans de la mort du médecin communiste fusillé au Mont Valérien durant l’Occupation. 

“C’est cette histoire qu’on veut continuer à préserver”, insiste Vincent Chutet-Mezence. “Nous on n’en veut pas de ces gens-là”, en référence au fonds américain 777 Partners qui vient de racheter le Red Star, club de National (troisième division). 

“777 OUT”, “777 Not welcome”

Le montant s’élèverait à 15 millions d’euros, selon une source proche du club. Aux abords du stade, les graffitis et banderoles sont sans équivoque: “777 OUT”, “777 Not welcome”.

“On n’est pas des utopistes, il faut de l’argent pour faire vivre un club. Ce qui nous pose problème c’est la nature de l’investisseur”, explique Jérémy, ultra depuis 20 ans. “C’est un fonds américain basé à Miami qui n’en a rien à foutre. Le jour où le club aura un problème, il vendra”, s’emporte-t-il.

Pour le président Patrice Haddad, qui conserve son poste, 777 Partners est au contraire “le meilleur choix pour garantir et pérenniser les valeurs” du club, “tout en lui donnant les moyens de s’ouvrir des perspectives inédites”.

Le fonds d’investissement 777 Partners, présent par ailleurs dans l’aéronautique ou les assurances, contrôle notamment les clubs du Standard de Liège (Belgique), du Genoa (Italie) et de Vasco de Gama (Brésil), en plus de détenir une participation dans le Séville FC.

“On vend à un fonds d’investissement, c’est ce qui se fait de fait de pire dans le foot business”, déclare amer Dimitri Manessis, co-auteur d’un livre sur Rino Della Negra, attaquant des années 40, engagé dans la Résistance. “C’est un bras d’honneur à 100 ans histoire”, renchérit un autre ultra.

“Impuissants” sur la cession du club, les supporters avaient pourtant “réussi à imposer le dialogue pour la construction du nouveau stade”, confie M. Manessis. Sous la pression, le groupe immobilier français Réalités, propriétaire du stade Bauer, avait amendé ses plans d’une rénovation en cours. 

Le Red Star, l’un des plus vieux clubs français (1897), a une “histoire très ancrée à gauche, ce qui explique l’opposition”, analyse Pierre Rondeau, professeur d’économie, spécialisé dans le football.

Mais les investisseurs voient dans les clubs français “des perspectives de croissance” et rachètent “à bas prix des clubs à forte valorisation financière”, indique l’économiste. Et les futurs droits TV estimés à plusieurs centaines de millions d’euros font tourner les têtes.

Et le Red Star, c’est “un stade refait à neuf, une adresse du Grand Paris, un vivier de joueurs à revendre”, détaille Pierre Rondeau. 

Devant ces arguments, difficile pour les supporters de peser dans les décisions. “L’histoire du foot français n’est pas constituée comme en Espagne où le supporter est actionnaire”, explique le professeur. “On a un mode de gouvernance hiérarchique: les actionnaires dirigent et le supporter supporte !”

“Dans l’inconscient collectif, l’arrêt de la Super League (ndlr: un projet de championnat européen quasi fermé regroupant quelques-uns des plus grands clubs du continent) a été permis grâce à la fronde des supporters donc c’est une force de motivation”, explique M. Rondeau.

Mais les supporters “n’ont qu’un seul pouvoir, celui de nuisance”, en faisant grève par exemple. Et si “les résultats suivent, beaucoup finissent par se taire”, assure-t-il. 

Les ultras du Red Star n’ont pas dit leur dernier mot dans le combat contre leur nouveau propriétaire. “On va tout faire pour qu’il parte le plus rapidement possible”, assure Vincent Chutet-Mezence. 

Des supporters ont été reçus vendredi à l’Assemblée nationale par la députée communiste Marie-Georges Buffet, ancienne ministre des Sports et Eric Coquerel. L’élu LFI a annoncé dimanche à l’AFP que la Nouvelle union populaire, écologiste et sociale (Nupes) allait réfléchir à une proposition “de loi pour éviter que la situation ne se réitère”. 

par Wafaa ESSALHI

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Football : le Red Star de Saint-Ouen vendu au fonds 777 Partners dans la douleur
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi