Société | Paris | 08/10/2022
Réagir Par

Intrusion d’un collectif de migrants à la mairie de Paris

Une soixantaine de personnes, migrants et militants pro-migrants, ont forcé l’entrée de l’Hôtel de Ville de Paris vendredi après-midi pour réclamer un hébergement, reprochant à la mairie de “se défausser” sur l’Etat.

En début d’après-midi, des membres du collectif La Chapelle Debout ont forcé l’accès principal du bâtiment, obligeant les agents postés à cette entrée sécurisée à les laisser passer, peut-on voir sur une vidéo diffusée sur Twitter.

Dans la cour, migrants et militants ont réclamé de rencontrer la maire Anne Hidalgo afin d’obtenir un relogement pour “une partie des habitants de l’Ambassade des immigrés“, une ancienne banque squattée rue Saulnier, dans le IXe arrondissement.

Selon un communiqué du collectif, l’élue socialiste et son adjoint à l’Hébergement d’urgence et à la Protection des réfugiés Ian Brossat “font semblant de ne pas connaître la situation” alors que ce dernier “avait fait des promesses de relogement”.

“Il est temps que la mairie, a priori de gauche, qui revendique une politique d’accueil contrairement à la préfecture, se mette à agir elle aussi“, ajoute le collectif.

Ce collectif a quitté le bâtiment en milieu d’après-midi, après avoir été reçu par M. Brossat qui s’est engagé à “réaliser un diagnostic social” rue Saulnier et à réunir la préfecture de région et la préfecture de police autour de la table.

L’essentiel de leurs revendications”, notamment le relogement, “relève des compétences de l’Etat”, a réagi M. Brossat auprès de l’AFP. Quant au logement social, il “s’adresse uniquement à des personnes en situation régulière” alors qu’une “bonne partie” des personnes représentées vendredi ne sont “pas éligibles“, a-t-il ajouté.

Pour le groupe d’élus d’opposition Changer Paris (LR et apparentés), cette intrusion dans l’Hôtel de Ville, la deuxième en un an et demi après des éboueurs en mai 2021, “démontre que la Ville est incapable (…) d’assurer la sécurité de quiconque”.

Cette action a également fait réagir du côté du RN. “La France ne doit plus être l’hôtel de l’Afrique: appliquons la loi, renvoyons les clandestins chez eux”, a demandé le député européen Jordan Bardella.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Intrusion d’un collectif de migrants à la mairie de Paris

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.