Sport | Ile-de-France | 17/02
Réagir Par

JO Paris 2024 : l’inflation gonfle le coût des ouvrages olympiques

JO Paris 2024 : l’inflation gonfle le coût des ouvrages olympiques © CH

En juillet 2021, la Solideo (société de livraison des ouvrages olympiques) a revu son budget en raison de l’inflation, passant de 1,38 milliard à 1,55 milliard d’euros. Le directeur général, Nicolas Ferrand, audition à l’Assemblée nationale, a laissé entendre qu’une nouvelle augmentation était à prévoir.

Les chantiers des JO de Paris, en pleine expansion, vont être “impactés” par la hausse des coûts de la construction, a assuré mercredi devant les parlementaires le directeur général de la Solideo (société de livraison des ouvrages olympiques), Nicolas Ferrand.

Auditionné à l’Assemblée par le groupe de travail sur les JO et interrogé sur l’impact de l’inflation des coûts de la construction et des matières premières, M. Ferrand a répondu: “j’aimerais que les chantiers de la Solideo ne soient pas impactés, malheureusement ils le sont”. La Solideo est chargée de construire ou de rénover des ouvrages pour les JO, qui vont du village des athlètes, en passant par la rénovation de gymnases ou des échangeurs ou ponts routiers, ce qui représente une soixantaine d’ouvrages. Elle a un budget de 4 milliards en euros courants, a rappelé M. Ferrand, dont 1,5 milliard d’euros d’argent public.

“On a un travail qu’on est en train d’initier aujourd’hui qui est d’évaluer l’impact effectif de l’évolution de ces indices sur chacun des chantiers pour les dépenses futures et de voir si on tient toujours avec l’actualisation de la maquette (financière, ndlr) ou s’il faut revenir dessus”, a-t-il dit.

“Hors inflation, il n’y a pas de dérive”

En juillet 2021, la Solideo avait revu son budget en raison de l’inflation. Cette révision avait conduit à augmenter la partie publique de 175 millions d’euros pour la faire passer de 1,38 milliard à 1,55 milliard d’euros.

“La mission qu’on nous a donnée c’est en euros constants 2016 vous ne sortez pas de la maquette financière exprimée en euros constants, les effets de l’inflation vous sont extérieurs”, a-t-il expliqué. “Ça, on le tient absolument”, a-t-il affirmé. “J’insiste, hors inflation, il n’y a pas de dérive, il n’y pas d’éléments en plus, pas d’éléphant blanc, les évolutions de maquette sont exclusivement liées à l’inflation”, a-t-il ajouté.

Faisant le point sur les ouvrages, M. Ferrand a aussi évoqué un “nouveau chantier” qui est “le raccordement de Bercy au réseau de froid de la ville de Paris”, “un sujet indispensable pour les Jeux”. “Aujourd’hui Bercy n’enchaîne pas plusieurs compétitions dans la même journée et ne fonctionne pas au mois d’août”, a-t-il dit. “On est en train de travailler avec la ville de Paris pour bien cadrer les montants financiers, qui sont en jeu autour de 5 millions d’euros”, a-t-il dit. Le 10 février dernier, les écologistes, alliés turbulents de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, avaient souligné le poids des Jeux olympiques de 2024 pour les finances de la Ville, passées en revue par un rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC). Anne Hidalgo est présidente de la Solideo. 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour JO Paris 2024 : l’inflation gonfle le coût des ouvrages olympiques
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi