Entreprises | Val-de-Marne | 14/11
Réagir Par

L’actu économique du Val-de-Marne #11 : ces entreprises qui produisent en France

L’actu économique du Val-de-Marne #11 : ces entreprises qui produisent en France

Des pompes à chaleur au maquillage, rencontre avec ces entreprises du Val-de-Marne qui ont réussi le pari du made in France. Les PME entre inflation et PGE à rembourser : coup de fil au président de la CPME94, Alain Martinez. Appel à innovation pour bien vieillir. La mode en seconde main à Sucy-en-Brie. La Fédération de l’habillement créée sa délégation locale. A l’agenda cette semaine : assises du développement économique du Grand Orly Seine Bièvre, rendez-vous de l’entrepreneuriat à Orly, masterclass achats responsables…

Vie des entreprises

Ces entreprises du Val-de-Marne qui ont relevé le défi du fabriqué en France

20 entreprises du Val-de-Marne ont participé au salon Made in France qui se tenait ce weekend Porte de Versailles (voir la liste compète dans notre Actu Eco #10). 94 Citoyens en a rencontré quelques-unes. Chacune a son truc pour rester compétitive en produisant local.

A Orly, FDG a osé la marque de maquillage résolument frenchie

Chez FDG, ETI basée à Orly et spécialisée dans les rayons non alimentaires des grandes surfaces, cela fait longtemps que certaines gammes de produits sont fabriquées en France. Notamment les accessoires de coiffure réalisés en acétate de cellulose (plastique réalisé à partir de cellulose du bois ou du coton) autour d’Oyonnax, pour sa marque propre BO Paris ou ses produits en licence comme Babyliss. L’entreprise valdemarnaise, présidée par Anne-Sophie Hergault, a poussé un cran plus loin, il y a un an, en créant une nouvelle marque de make up 100% made in France. “Nous avions une gamme de maquillage qui était vieillissante et réfléchissions à son remplacement”, explique Julie Labrousse, cheffe de groupe – marketing manager. La nouvelle ligne, baptisée le French make up, joue résolument les codes frenchies, dans le nom d’abord, tranché par les tests consommateurs, les couleurs bleu- blanc-rouge du logo ensuite, complétées d’un rayé façon marinière, et aussi l’iconographie qui raconte l’histoire de la marque avec deux jeunes femmes attablées sur des chaises bistrot. Les produits sont fabriqués chez cinq prestataires français, à Hesdin l’Abbé (62), Saint-Cyr-en-Val (45), Angers (49), Saint-Sornin-Leulac (87) et Bergerac (24). Pour maintenir les prix serrés, compatibles avec un positionnement moyen de gamme, la marque négocie la plus-value made in France avec la grande distribution. “Chacun fait un effort sur ses marges. Nous expliquons aux distributeurs qu’ils doivent aussi prendre leur part pour proposer du made in France et cela fonctionne car il y a une demande des consommateurs”, explique Julie Labrousse.

A Arcueil, Atlantic chauffe français

Chez Atlantic aussi, les bleu, blanc, rouge du logo annoncent la couleur d’emblée. L’entreprise, qui vient d’installer son siège commercial à Arcueil, fabrique ses radiateurs, pompes à chaleur et autres chaudières à gaz dans ses propres usines et celles-ci sont quasiment toutes situées en France, notamment à la Roche sur Yon. La firme emploie quelque 12 000 personnes, dont 10 000 en France et environ 250 à Arcueil, et dispose de 13 sites de production. Pour le fabricant, qui travaille en BtoBtoC, l’argument du made in France s’appuie sur la proximité entre la fabrication et le service client. “Tous nos services clients et après-vente sont situés à proximité des usines de production pour faciliter les échanges et les retours sur les produits”, motive Antony Gobbi, chef de projet marketing client BtoC. “En cas de panne, cette proximité permet de garantir la pièce de rechange en 24 heures car nous la fabriquons sur place, il n’y a pas besoin de la faire venir de Chine”, illustre Laura Gallé, responsable marketing pompes à chaleur et chaudières. Crucial lorsque le chauffage tombe en panne et qu’il fait moins 2 degrés dehors !

Au Perreux-sur-Marne, Oolution va déjà fêter ses 10 ans

C’est en 2013 qu’Anne-Marie Gabelica a lancé sa production de cosmétiques 100% naturelles et 100% fabriquées en France. Déjà 10 ans ! Entre temps, la petite entreprise a grandi, montré que c’était possible, et emploie aujourd’hui 13 personnes dans son siège du Perreux-sur-Marne, pour concevoir, sourcer et organiser la logistique. La fabrication est sous-traitée en Provence et en Bretagne. La marque, vendue pour près de 70% via son site internet, développe désormais son circuit de distribution classique.

Au-delà du made in France, Oolution travaille aussi sur la consigne depuis 2019. “Nous envoyons systématiquement une enveloppe T avec les produits afin que les consommateurs puissent renvoyer les contenants. Nous avons déjà récupéré 22 000 flacons”, explique Léa Cozzolino, en charge du développement commercial et marketing. “La plupart des contenants sont reconditionnés dans des Esat (établissements qui travaillent avec des personnes handicapées). Pour les autres, nous les recyclons dans le cadre d’un partenariat avec Terracycle”, détaille Kelly Atanasio, chargée de l’approvisionnement et de la production.

De gauche droite : Kelly Atanasio et Léa Cozzolino

L’Atelier Baltus en circuit super court

Si toutes les entreprises rencontrées sur le MIF produisent en France, la palme du plus court circuit de sous-traitance revient à l’Atelier Baltus, créé en 2016 par Christine Alexis. 17 km! C’est la distance qui sépare l’atelier de production qu’elle a trouvé en Seine-Saint-Denis du siège de son entreprise à Nogent-sur-Marne. La créatrice a lancé un concept de sacs avec des liens de toutes les couleurs, à accrocher en un clic, pour ne pas passer trois heures à chercher son stylo enfoui sous une tonne d’autres objets. Pour éviter des prix prohibitifs liés à la fabrication locale, Christine Alexis trouve “des astuces” pour alléger la facture. “Je priorise le matériau de qualité de sorte qu’il n’est pas forcément nécessaire de faire une doublure à l’intérieur par exemple.”

Pour l’Atelier Baltus, le made in France a fait partie du cahier des charges dès le départ mais il n’a pas été possible tout de suite. “J’ai eu beaucoup de mal à trouver un fabricant qui acceptait de produire en petite quantité, inférieure à 50 unités”, témoigne la fondatrice. Une condition pourtant nécessaire lorsque l’on lance une marque sur ses propres deniers. “Aujourd’hui, je n’ai aucun regret sur le choix de cette relocalisation. C’est vrai qu’avec l’inflation, les gens ont moins de budget, mais nous arrivons à proposer des produits à petits prix.” En dehors des sacs à main et des liens qui vont avec, l’Atelier Baltus vend aussi des porte-monnaie, des pierres semi-précieuses et, nouvelle collection d’accessoires pratiques, des anneaux en pendentif pour accrocher facilement ses lunettes.

L’Embeillage : de la toile cirée à l’abeille pour emballer les produits alimentaires

Dans le Val-de-Marne encore, deux entreprises made in France se sont aussi lancées dans l’emballage alimentaire, qui étaient toutes deux sur le Mif ce week-end : On s’emballe, basée à Vincennes, et L’Embeillage, sise au Perreux-sur-Marne. Créée en 2019 par Quentin Sinel, grâce une incubation à la Station F avec Pépite startup (dispositif du conseil régional), l’entreprise L’embeillage remplace le film alimentaire par du coton enduit de cire d’abeille. Importé de Turquie, le coton est tissé dans le Nord, près de Roubaix, puis enduit dans l’atelier du Perreux avec de la cire achetée en coopérative française ou de la résine de pin extraite “durablement” dans les forêts des Landes. La PME, qui doit faire face à l’inflation avec des coûts de packaging “qui ont bondi de 60%, et peuvent représenter jusqu’à 10% des coûts de production”, a commencé à se diversifier en proposant d’autres produits écologiques pour la cuisine comme du liquide vaisselle sec, qui ne nécessite pas de contenant en plastique, ou encore de la poudre de produit lave-vaisselle.

Lire aussi : Attractivité économique : CCI et CMA lancent le “Fabriqué en Val-de-Marne”
Et : Nogent-sur-Marne : comment Piou-Piou et merveilles a relocalisé sa production de peluches

Vie des d’entreprises, créations, activités des clubs, initiatives, mouvements, formation, forums de l’emploi, rendez-vous des entrepreneurs… Citoyens.com vous rend compte de l’actualité économique en Val-de-Marne chaque lundi.
Si vous souhaitez partager votre actualité et vos initiatives, envoyez un mail à redaction(a)citoyens.com

Coup de fil

Les entreprises entre PGE à rembourser et inflation à compenser : coup de fil à Alain Martinez, président de la CPME 94

Selon la dernière enquête de conjoncture de la CPME, 13% des dirigeants qui ont eu recours au PGE (Prêt garanti par l’Etat) pendant la crise sanitaire considèrent que leur entreprise est dans l’incapacité d’honorer les échéances de remboursement. Une statistique qui vaut aussi pour le Val-de-Marne, estime le président de la CPME 94, Alain Martinez, et qui concerne un peu tous les secteurs, mais “surtout la restauration et ses sous-traitants”. C’est que, à peine passé la crise sanitaire, les entreprises ont pris de plein fouet la crise de l’énergie et de l’inflation en général. “Les entreprises essaient de compenser, mais cela revient à diminuer les marges”, alerte Alain Martinez. De quoi menacer les investissements futurs et peser sur la trésorerie. Dans l’immédiat, la difficulté est aussi de répondre aux salariés, confrontés, eux aussi à l’inflation, et qu’il est toujours crucial de fidéliser. Une quadrature du cercle. “Nous avons demandé un étalement du remboursement des PGE sur dix ans, mais cela a été refusé par le gouvernement. Certes, il est possible d’aménager les échéances de remboursement en passant par le Codefi, mais cela revient à signaler l’entreprise comme étant en difficulté et à la priver d’autres financements potentiels”, explique le président de la CPME 94.

© Linkedin Alain Martinez

Au-delà de cette double crise, l’effet amortisseur des mesures proposées pendant la crise sanitaire a par ailleurs reculé temporairement les défaillances d’entreprises qui étaient déjà fragiles, ce qui devrait donner lieu à un rattrapage. “Nous anticipons une augmentation des défaillances de l’ordre de 30% en 2023”, indique Alain Martinez.

Soutenez la presse locale indépendante, publiez vos annonces légales et enquêtes publiques dans 94 Citoyens
Voir notre plate-forme
Plus d’infos à ajl(a)citoyens.com

Innovation

Appel à projets innovants pour aider à bien veillir

L’intercommunalité Grand Orly Seine Bièvre, le réseau d’incubateurs Creative Valley et Silver Innov, la pépinière d’entreprises dédiée à la silver économie (marché concernant les produits et services pour bien vieillir), lancent un nouvel appel à projets innovants au service du grand âge, Autonom Innov’ sous forme de “créathon” qui se déroulera les 21-22 et 28-29 janvier 2023. Les 5 équipes gagnantes bénéficieront de 50 000 euros d’accompagnement et d’expertise pendant 6 mois. Inscription impérative avant le 13 janvier. Un atelier de présentation est prévu ce jeudi 17 novembre à 14 heures à l’Efrei.
Plus d’informations sur le site Autonom Innov

Nouvelles entreprises

Il était deux fois : une nouvelle boutique mode de seconde main à Sucy-en-Brie

Chez Il était deux fois, les mannequins Simone et Kevin s’éclatent, habillés chaque jour de nouvelles fringues à chiner, de l’indémodable robe en motif pied de poule à la tenue 70’s revival, pour tous les sexes et dans toutes les tailles. Au-delà de la mode, accessoires et objets décos viennent enrichir cette nouvelle échoppe anti fast fashion, ouverte mi-octobre par la jeune trentenaire Alice Iglesias-Ferrari et sa mère. Ambiance shopping mère-fille. 7 place Sainte Bernadette à Sucy-en-Brie Du mardi au vendredi de 11h à 13h30 et de 15h à 19h. Samedi de 11h à 19h.

Ile-de-France

La Fédération nationale de l’habillement (FNH) annonce la création d’une délégation spéciale Paris-Île-de-France

La Fédération nationale de l’habillement dispose désormais d’une délégation régionale pour ses adhérents franciliens. L’objectif de cette organisation, représentative des commerces indépendants ayant une activité dans le prêt-à-porter et le textile, est d’aider les commerçants en matière juridique et sociale ainsi que dans leur relation avec les villes.

Le bureau de la FNH Ile-de-France
Président : Patrick Aboukrat, enseigne Aboudabibazar (Paris)
Secrétaire générale, Nathalie Friedlander, enseigne Brand Bazar (Paris)
Vice-président, Stéphane Corcos, enseigne Pieds Nus (Paris) (Il est également vice-président de la délégation FNH Sud Paca depuis novembre 2020)
Trésorier : Antoine Salmon, enseigne Rives (Paris)

De gauche à droite : Stéphane Corcos, Nathalie Friedlander, Patrick Aboukrat et Antoine Salmon

Les chiffres du commerce de l’habillement en Ile-de-France

La FNH a recensé 2 138 établissements en Ile-de-France, représentant 10 518 salariés. L’essentiel se situe à Paris. Voir le tableau ci-dessous :

DépartementNombre d’établissementsNombre de salariés
Paris (75)1 3657 305
Hauts-de-Seine (92)189 637
Seine-Saint-Denis (93)92411
Val-de-Marne (94)97381
Seine-et-Marne (77)127547
Yvelines (78)113378
Essonne (91)47245
Val d’Oise (95)108614

A l’agenda

Novembre

Conférence du Club des entreprises inclusives du Val-de-Marne : l’inclusion, un atout pour recruter ?

RDV le lundi 14 novembre de 11h30 à 12h30 en viso 
Avec Houria El Moutaki (Monster), Tiphaine Galliez (Green place to work) et Jean-François Connan (Adecco et Humando)
Lien pour participer avec Teams

Masterclass transition écologique sur les achats responsables, avec la CCI 94 et le GOSB

Les Masterclass Transition écologique sont des mini-formation d’1h30 à 3h pour faciliter la mise en œuvre de la transition écologique et du développement durable dans les entreprises. L’objectif est de favoriser la montée en compétences des entreprises sur les différentes thématiques de la transition écologique et du développement durable : transition énergétique, économie circulaire, mobilité propre, RSE, transition bas carbone, labels et certifications,…
Cette masterclass sera animée par Mathieu PRASZEZYNKI, Association des Economies Solidaires et Stéphanie BARDON, cheffe de projet ESS à GOSB
Mardi 15 novembre – 9h en distanciel
Inscriptions en ligne

Cinquièmes assises du développement économique et de l’emploi du Grand Orly Seine Bièvre

Réindustrialisation, évolution des métiers, transition écologique, innovation… Pour échanger sur ces enjeux, pour rencontrer décideurs publiques et entreprises, rendez-vous aux 5èmes Assises du développement économique et de l’emploi, organisées par l’intercommunalité Grand-Orly Seine Bièvre aux terrasses panoramiques de l’aéroport d’Orly (T4), le jeudi 17 novembre de 17h30 à 19h30.
Plus d’informations

Groupe de travail sur la gestion des biodéchets dans les cantines avec le cluster Eau-Milieux-Sols

17 novembre 14h – 17h30
Plus d’infos

Rendez-vous de l’entrepreneuriat et de l’évolution professionnelle à la Maison de l’environnement et du développement durable de l’aéroport de Paris-Orly

« Monter sa boîte » peut vite relever du casse-tête. Multiples structures, multiples interlocuteurs, difficile de savoir parfois par où commencer. Jeudi 17 novembre de 9h à 16h, Orly Paris et ses partenaires organisent une journée de rencontres et d’information pour les créateurs d’entreprise, dirigeants, salariés et demandeurs d’emploi en quête de nouvelles opportunités professionnelles.
Plus d’informations

ParisLocal 2ème édition : portes ouvertes géantes d’artisans à l’échelle du Grand Paris

Des portes ouvertes d’artisans pour plonger dans le made in local trois jours durant, tel est le concept de ParisLocal qui organise sa seconde édition du 18 au 20 novembre. Afin de recenser tous les participants, leurs talents et leurs propositions d’animations, les artisans (gastronomie, artisanat, art) qui souhaitent ouvrir leur ateliers sont invités à se faire connaître dès à présent.
Infos pratiques

Salons d’artisanat d’art en Val-de-Marne

Dans le cadre de l’opération Paris Locale, des artisans du département seront notamment présents au salon des métiers d’art du Val-de-Marne organisé à Saint-Maur-des-Fossés, et au salon de l’artisanat et des métiers d’art organisé au pavillon Baltard de Nogent-sur-Marne, du 18 au 20 novembre.
Infos pratiques sur le salon de Saint-Maur
Infos pratiques sur le salon de Nogent

Décembre

Un salon pour transmettre ou reprendre une entreprise : Transfair

Salon organisé par la CCI Paris Ile-de-France.
Au programme : conférences et masterclass pour se préparer à la reprise.
Le jeudi 1er décembre à Paris 2e (place de la Bourse)
Infos pratiques

Matinale des achats responsables au Grand Orly Seine Bièvre

Une matinée de rencontre entre les acheteurs publics et les structures de l’Economie sociale et solidaire (ESS).
Mardi 6 décembre de 9h à 12h au siège du GOSB à Orly
Plus d’infos

SIMI 2022 : le salon des grands projets immobiliers

Le SIMI 2002, salon des grands projets immobiliers et urbains, se tiendra du mardi 6 au jeudi 8 décembre au palais des congrès de Paris.
Infos pratiques
Voir le cycle de conférences

Soirée des réseaux d’entreprises à la CCI du Val-de-Marne

A l’occasion de la clôture du réseau Dynamik, grande soirée des réseaux d’entreprises à la CCI du Val-de-Marne. Jeudi 8 décembre de 18h30 à 21h.
Plus d’infos, inscriptions

Lire aussi :
Actu éco 94 #1 : métiers verts, lingerie bio, nouvelle formation data
Actu éco 94 #2 : entrepreneuses de choc / Sciences Po à l’Upec / immobilier industriel / innovation
Actu éco #3 : nouveau coworking, économie circulaire et leasing, école à coder, appels à projets
Actu éco #4 : meilleur caviste, l’Epita s’attaque à l’IA, métiers en tension
Actu éco #5 : rentrée de Saint-Maur Entreprendre, bien manger pour tous
Actu éco #6 : karting volant, RSE au parc des Petits Carreaux, nouveau président Entreprendre 94
Actu éco #7 : Vitawin connecte école et entreprises, nouveau président Face 94, créations d’entreprises
Actu éco #8 : 60 000 paniers sauvés de la poubelle chez Transgourmet, Essilor rachète ses actions, nouveaux bureaux à Ivry Confluences…
Actu éco #9 : mission locale au centre commercial, caviste du 94 sacré champion de France
Actu éco #10 : trophées de Paris Est Marne et Bois, mois de l’ESS dans le Grand Orly Seine Bièvre, nouveau parc d’activités, intelligence artificielle au Min de Rungis

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour L’actu économique du Val-de-Marne #11 : ces entreprises qui produisent en France

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.