Justice | Seine-Saint-Denis | 14/07
Réagir Par

Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire contre Eric Coquerel suite aux accusations de Sophie Tissier

Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire contre Eric Coquerel suite aux accusations de Sophie Tissier

Le parquet de Paris, sollicité par l’AFP, a indiqué mercredi avoir ouvert la veille une enquête préliminaire pour agression et harcèlement sexuels contre Eric Coquerel (LFI), le président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, après la plainte d’une militante de gauche, Sophie Tissier, qui l’accuse de faits pouvant selon elle “s’apparenter à une agression sexuelle”, ce qu’il conteste.

Ancienne figure des “gilets jaunes”, Sophie Tissier, 43 ans, dénonce, dans sa plainte déposée début juillet et consultée par l’AFP, des faits commis par Eric Coquerel “pouvant s’apparenter à une agression sexuelle” le 23 août 2014 à Grenoble.

Lors d’une soirée dansante, à l’issue d’une journée de conférences, Éric Coquerel a eu des “gestes appuyés, ses mains étaient collantes et glissaient sur des parties du corps inappropriées (…), il effleurait mes fesses à plusieurs reprises”, relate-t-elle.

La militante dit lui avoir “fait comprendre qu’il (l)’importunait et (l’)indisposait”.

La soirée se poursuivant dans une boîte de nuit, il l’aurait “prise par la taille et les hanches avec insistance”, puis envoyé des invitations à le rejoindre à l’hôtel, selon elle.

La militante avait expliqué à l’AFP avoir été “méprisée” par le parti La France insoumise (LFI) “depuis des années” et fait état des “conséquences terribles” sur sa vie et son parcours de militante depuis les “agissements” dénoncés.

Elle a affirmé avoir saisi le comité de suivi des violences sexuelles (CVSS) de LFI.

Le délai maximum étant de six ans pour porter plainte en cas de délit, les faits pourraient être prescrits.

Les investigations confiées à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) ne concernent, pour l’instant, que la plainte de Mme Tissier, selon deux sources proches du dossier.

“Je suis soulagée que le parquet prenne au sérieux ma plainte et ouvre une enquête. C’est un signal fort envers les femmes, pour que nous puissions continuer d’exister dans l’espace public sans restreindre la liberté de notre parole quand elle appelle à la justice”, a réagi la plaignante sur Twitter.

Cette enquête va permettre de “libérer la parole et d’entendre l’auteur”, a réagi auprès de l’AFP son avocat, Me Étienne Lesage.

Cette enquête est “la suite logique d’une plainte” et “ce n”est pas une ligne rouge” étant donné que la plaignante “a estimé que ce n’était pas -suffisamment grave-” auprès de Mediapart, a balayé de son côté l’entourage de LFI.

La militante avait rendu publiques ses accusations contre M. Coquerel juste après son accession le 30 juin au poste stratégique de président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale.

Jean-Luc Mélenchon apporte son soutien à Eric Coquerel

Ses accusations ont été “opportunément relayée(s) sans retenue, ni enquête, ni vérifications” et ont “permis de -faire parler d’autre chose-“, avait réagi l’élu de LFI sur BFMTV.

“Même une cause juste comme #MeToo peut être instrumentalisée”, avait estimé le député de Seine-Saint-Denis, l’un des plus fidèles proches de Jean-Luc Mélenchon, annonçant que le mouvement envisageait “de porter plainte contre tous les gens qui se répandent en calomnies”.

M. Coquerel a écarté toute similitude avec la situation de l’ancien ministre des Solidarités Damien Abad. Visé par une enquête après une plainte pour tentative de viol, ce dernier n’a pas été reconduit lors du remaniement.

“C’est une suite logique de la procédure pénale”, a réagi mercredi soir auprès de l’AFP l’avocate de M. Coquerel, Me Olivia Ronen.

“Eric Coquerel se tient à disposition des enquêteurs et saisira si nécessaire l’opportunité d’être enfin confronté à une accusation précise pour pouvoir contester les faits qui lui sont reprochés”, a-t-elle ajouté.

Le chef des insoumis Jean-Luc Mélenchon a répété par tweet son soutien: “Mesquine réplique contre Eric Coquerel destinée à le salir sans cause. Complète solidarité avec lui”.

L’ouverture de cette enquête intervient alors que le mouvement de M. Mélenchon est critiqué pour sa gestion interne des accusations de violences sexuelles.

Après un long silence, le journaliste Taha Bouhafs, privé par LFI d’investiture après des accusations de violences sexuelles, a reproché au parti de ne pas lui avoir permis de se défendre. Ses trois avocats ont critiqué une procédure “hors du droit” menée par le CVSS de LFI.

M. Mélenchon a reconnu qu’il fallait améliorer des procédures de cette instance. 

par Murielle KASPRZAK

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire contre Eric Coquerel suite aux accusations de Sophie Tissier
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi