Culture | Val-de-Marne | 10/06
Réagir Par

Le Val-de-Marne, terre pionnière du rap français : la preuve avec l’album 94 Val de Rap

Le Val-de-Marne, terre pionnière du rap français :  la preuve avec l’album 94 Val de Rap © Flickr Kmeron

Mokobe, Rohff, Kery James, Lacrim, Oboy, Fresh la douille… De Vitry-sur-Seine à Orly en passant par Villeneuve-Saint-Georges, le Val-de-Marne est une terre de rap depuis les débuts du mouvement hip-hop français jusqu’à aujourd’hui. L’album qui sort ce vendredi 10 juin en est la preuve vivante avec ses 2 heures de rap made in 94 enregistrés fin 2021 par une cinquantaine d’artistes.

“Tout a commencé là-bas dans la ville qu’on appelle Maisons-Alfort…” Telles sont les premières paroles de Bouge de là, le single qui a rendu célèbre MC Solaar. Nous sommes en 1990. Le jeune Claude M’Barali, d’origine tchadienne avant de s’installer à Saint-Denis puis Maisons-Alfort et Villeneuve-Saint-Georges, va largement contribuer à populariser le rap en France.

Il est loin d’être le seul passeur du 94. Avant lui, Lionel D, grandi dans la cité Couzy à Vitry-sur-Seine, fait le boulot avec DeeNasty, notamment avec l’émission culte Deenastyle sur radio Nova.

Lire : Disparition de Lionel D, vitriot, pionnier du rap français

Dans cette première génération, le Val-de-Marne peut aussi compter sur Rohff, Kery James, Mokobé et encore Doudou Masta. Arrivent ensuite Intouchable avec Dry et Demon One, de Choisy-le-Roi et Orly. Avec Manu Key, Kery James, Karlito, Rohff et le groupe 113, ils sont à l’initiative du collectif val-de-marnais Mafia K’1 Fry (verlan d’Africain). Un collectif qui va au-delà du rap avec aussi des breakeurs, DJ, beatmakers, graffeurs… Avec leur album La Cerise sur le ghetto, ils topent la huitième place du classement des ventes en France.

Au début des années 2000, c’est 400 Hyènes qui débarque du Bois l’Abbé de Champigny-sur-Marne, avec La Hyène et K-Push. Dans les années 2010, Lacrim, venu de Chevilly-Larue, perce dès son premier album, Corleone, avant d’enchainer avec ses mixtape R.I.P.R.O.

A l’aube des années 2020, place à Oboy, Franco-malgache grandi à Villeneuve-Saint-Georges qui aligne les disques d’or. Dans cette même ville, émerge aussi Hös Copperfield tandis qu’à Fontenay-sous-Bois, c’est Gambi, un jeune de la Redoute, qui gravit le sommet des charts. A Ivry-sur-Seine, on peut désormais compter sur le franco-malien Fresh la Douille. Et place aux femmes, enfin, avec Isleym, de Villiers-sur-Marne, qui a commencé à écrire ses chansons dès l’âge de dix ans.

Au total, ce-sont des dizaines et dizaines d’artistes du Val-de-Marne qui ont contribué à faire vivre le rap français depuis ses débuts. Largement de quoi composer un album made in 94, dans le sillon des “93 Empire” (2018) pour la Seine-Saint-Denis ou “13 Organisé” (2021) pour Marseille. “On a vu les autres le faire, on s’est dit qu’on devait le faire aussi”, motive le producteur, qui se fait appeler Mohamed, à l’initiative du projet. Ce passionné a réalisé le tour de force de convaincre une cinquantaine de stars grâce à un effet boule de neige.

“Il y a eu quelque chose de très émouvant à tous les réunir

“Sur l’album, on a les trois générations qui se croisent : les années 90, les années 2000-2010 et les années 2020. Il y a eu quelque chose de très émouvant à tous les réunir. Les plus jeunes avaient forcément écouté les anciens, ils étaient honorés d’enregistrer des morceaux avec eux”, témoigne le producteur. “À la base, je viens d’un tout autre secteur d’activité, et je me suis dit pourquoi pas me lancer”, poursuit le natif de Choisy-le-Roi, âgé de 38 ans.

Pour mener son projet à bien, le producteur fonde son propre label, Cartier Music, une dédicace à la cité Jacques Cartier dont il est originaire. La distribution sera signée Believe. Les premiers titres sont enregistrés en décembre 2021, et l’ensemble des morceaux seront livrés en un temps record de quatre mois. Bien sûr il n’y a pas tout le monde. Pas de Rim’K, dont l’actualité “faisait qu’il ne pouvait pas poser un couplet rapidement”, confie Mohamed qui ne cache pas ses regrets. “Je l’aurais bien vu faire un morceau avec un rappeur de la nouvelle génération comme Fresh la Douillle ou un autre”. Pas non plus de Gambi, MC Solaar, Nessbeal… La suite au prochain numéro ?

En attendant, 41 titres mitonnés ad hoc par une cinquantaine d’artistes pour Val-de-Rap sont disponibles à l’écoute depuis 0 heure ce vendredi. 2h11 de son à découvrir sur toutes les plates-formes de streaming.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Le Val-de-Marne, terre pionnière du rap français : la preuve avec l’album 94 Val de Rap
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi