Santé | | 13/10/2022
Réagir Par

Les urgences Mondor à Créteil, miroir de la crise de l’hôpital public et du déficit de médecine de ville

Les urgences Mondor à Créteil, miroir de la crise de l’hôpital public et du déficit de médecine de ville © FB

Avec une moyenne de 160 passages par jour, les urgences de du GHU Henri-Mondor de Créteil (AP-HP) doivent absorber les patients sans médecin généraliste, les crises psychiques et les personnes hospitalisées qui n’ont pas de place ailleurs. Les personnels, exténués, quittent souvent le service au bout de deux à trois ans. Un malaise qui s’est exprimé à cœur ouvert à l’occasion d’une visite de la députée LFI Clémence Guetté vendredi dernier.

Ce contenu est uniquement réservé aux membres Abonné individuel.
Se connecter S’abonner maintenant
La suite de cet article est réservée aux abonnés !

Si vous êtes abonné cliquez ici pour vous connecter.

Si vous êtes déjà abonné et connecté à votre compte, pensez à recharger la page avec Ctrl+F5 ou à vider le cache de votre navigateur pour accéder à l’intégralité de l’article (ou cliquez ici).

La plupart de nos articles sont accessibles gratuitement afin de pouvoir être lus par tous.

Cependant l’information a un coût, et nous réservons donc certains articles ou parties d’articles à nos abonnés payants. Vous pouvez souscrire un abonnement individuel en quelques clics ici.

Il vous donnera immédiatement accès à tous nos articles et contenus réservés aux abonnés, et à tous nos autres articles sans limitation.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Les urgences Mondor à Créteil, miroir de la crise de l’hôpital public et du déficit de médecine de ville

L'espace commentaire de cet article est clos.