Animaux | | 27/04
Réagir Par

Mandres-les-Roses : le centre de soins pour animaux sauvages s’agrandit

Mandres-les-Roses : le centre de soins pour animaux sauvages s’agrandit © Vivre Faune Alfort

Passereaux, chouettes, hérissons, petits rongeurs… plus de 2000 animaux sauvages passent chaque année par le centre de soins, d’élevage et de réhabilitation de la faune sauvage (CSERFS) hébergé dans la pépinière départementale à Mandres-les-Roses et géré par l’association de vétérinaires Faune Alfort. Victime de son succès, le centre va pouvoir pousser les murs.

Il est temps car chaque année au début du mois d’avril, le centre vit un surcroît d’activité lié à “la campagne des juvéniles”. C’est au cours de cette période qui s’étend jusqu’en juillet que des promeneurs découvrent de jeunes animaux sauvages en situation de danger et les adressent à l’association, germée il y a 35 ans à l’initiative d’élèves et professeurs de l’école vétérinaire de Maisons-Alfort (Enva).

Une association née à l’école vétérinaire

C’est en effet en 1987 que le professeur Jean-François Courreau, spécialiste de zootechnie, la science de l’élevage des animaux domestiques, et quelques élèves passionnés d’ornithologie, ont récupéré des poulaillers et un abri de jardin pour s’occuper de rapaces blessés confiés à l’école vétérinaire. Six ans plus tard, la direction de l’Enva reconnaissait le centre en temps que service clinique dédié à la faune sauvage européenne et le dotait de crédits de fonctionnement. Depuis le centre n’a cessé de monter en puissance et a aussi dû traverser des périodes compliquées comme en 2012, lorsque l’école a connu une crise financière l’obligeant à réduire le financement du service. C’est à cette date que la structure a pris une forme associative pour diversifier ses fonds. De quoi lui permettre de continuer à accueillir de plus en plus d’animaux. Très vite, il a donc fallu s’agrandir.

Portes ouvertes à la pépinière le 30 avril
Pour découvrir la pépinière, qui s’étend sur plus de 8 hectares et accueille tous les arbres qui peupleront les parcs et bordures de route du Val-de-Marne, Le conseil départemental organise une journée portes-ouvertes ce samedi 30 avril de 10 heures à 18 heures avec notamment au programme une présentation des activités de Faune-Alfort et aussi des activités en lien avec l’activité horticole et arboricole du site.

De plus en plus d’animaux

D’abord installé dans le campus de l’école vétérinaire, le centre s’est ainsi dédoublé progressivement. Faune Alfort a d’abord lancé la construction d’un centre au fort de Champigny à Chennevières-sur-Marne, ainsi qu’à Mandres-les-Roses, à la pépinière départementale, et finalement abandonné le site de Chennevières pour concentrer son activité de soins aux juvéniles à Mandres. En parallèle, l’association participe à la constitution d’un réseau de vétérinaires libéraux et prépare l’installation d’un centre dans le Val-d’Oise.

Malgré ces initiatives, le centre de Mandres arrive aujourd’hui à saturation alors que 7000 animaux ont été accueillis et soignés par Faune-Alfort en 2021. L’association vient donc de s’agrandir à nouveau, toujours dans la pépinière départementale. Une convention a été signée en ce sens le 21 avril avec le conseil départemental pour disposer de 6000 mètres carrés de locaux et de terres dans le cadre d’un bail renouvelable de 5 ans, triplant la surface actuelle. Il s’agit de plusieurs parcelles et de 3 logements, dont 2 T4 entièrement rénovés.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags , association, ecole vétérinaire, environnement, , nature
Aucun commentaire pour Mandres-les-Roses : le centre de soins pour animaux sauvages s’agrandit

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.