Justice | | 19/08
Réagir Par

Prison ferme suite à l’attaque du commissariat de Vitry-sur-Seine

Prison ferme suite à l’attaque du commissariat de Vitry-sur-Seine © dzoko stach

Trois hommes âgés de 20 à 32 ans ont été condamnés jeudi à Créteil à trois ou quatre ans de prison ferme, pour avoir participé début août à une attaque “orchestrée” du commissariat de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), visé par des tirs de mortiers et de cocktails Molotov.

Tous ont été placés sous mandat de dépôt, à l’issue de leur jugement en comparution immédiate. L’un d’entre eux a été condamné par le tribunal de Créteil à quatre ans d’emprisonnement assortis d’un an de sursis.

Le procureur Stéphane Hardouin avait requis deux à quatre ans d’emprisonnement avec mandat de dépôt, en évoquant des faits “d’une gravité exceptionnelle” qui auraient pu provoquer “la mort ou l’infirmité” des fonctionnaires. Selon le parquet, des messages sur plusieurs groupes de discussion sur l’application Snapchat ont démontré que “l’attaque des agents de police avait été orchestrée par un groupe d’individus”.

Interpellés mardi matin, les trois hommes avaient été placés en garde à vue pour violences aggravées.

Déjà 17 condamnations

Mamadou D., né en 1989, avait déjà été condamné à 17 reprises -notamment pour des faits de violences avec arme-, Mohamed B., né en 2001, à deux reprises pour trafic de stupéfiants, tandis que Waël A., né en 1994 et de nationalité tunisienne, présentait un casier judiciaire vierge. 

Dans la nuit du dimanche 31 juillet au lundi 1er août, vers 01H00, des personnes avaient jeté des cocktails Molotov dans la cour du commissariat de Vitry-sur-Seine où se trouvaient des policiers et tiré plusieurs dizaines de mortiers d’artifice notamment sur un véhicule de police dans lequel s’étaient réfugiés des agents. Le portail du commissariat avait aussi été “bloqué” durant l’attaque, ont relaté les policiers.

Un mortier est rentré dans l’habitacle du véhicule (et) a mis feu au siège”, avait déclaré un policier blessé aux enquêteurs.

Deux fonctionnaires ont souffert d’acouphènes à la suite de l’attaque et s’étaient vus délivrer deux et quatre jours d’ITT (Incapacité temporaire totale de travail).

Le traumatisme de Viry-Châtillon

Mais dans leur “mémoire collective”, les six fonctionnaires attaqués “ont pensé à Viry-Châtillon” (Essonne) en 2016, où deux agents avaient été gravement brûlés quand une quinzaine d’individus avaient incendié deux voitures de police, a rappelé leur avocat Nicolas Forlot, estimant “le stress post-traumatique plus important que les acouphènes”.

“Quatorze photos produites au dossier et pas une du siège” brûlé du véhicule, s’est étonné de son côté Me Guillaume Arnaud, avocat d’un des prévenus.

Me Adjalian Blaise, un avocat de la défense, a plaidé le doute raisonnable, estimant qu’il n’y avait pas “d’éléments réels et consistants dans le dossier” et que ces hommes ne pouvaient être inculpés sur la base de leurs seuls pseudonymes sur les réseaux sociaux. Quant à l’ADN, ce “n’est pas la reine des preuves”, a-t-il déclaré à l’AFP.

Les enquêteurs de la sûreté territoriale du Val-de-Marne se sont basés notamment sur l’analyse de la téléphonie et des réseaux sociaux pour retrouver les auteurs. Des traces d’ADN appartenant à l’un des prévenus ont été retrouvées sur un mortier et un cocktail Molotov.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Prison ferme suite à l’attaque du commissariat de Vitry-sur-Seine

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.