Justice | Val-de-Marne | 10/01
Réagir Par

Proxénétisme sur mineures au bois de Vincennes: réquisitoire renvoyé pour cause de Covid

Proxénétisme sur mineures au bois de Vincennes: réquisitoire renvoyé pour cause de Covid © CD
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Le procès en appel d’un réseau nigérian en bande organisée de proxénétisme et de traite de filles, souvent mineures, qui se tenait depuis mardi dernier aux assises de Créteil, a été renvoyé lundi car l’un des accusés a contracté le virus du Covid-19.

Quatre personnes, trois hommes et une femme âgés de 25 ans à 38 ans, comparaissaient depuis mardi aux assises, accusés d’appartenir à un réseau qui recrutait, sur de fausses promesses, des filles au Nigeria, organisait leur émigration périlleuse jusqu’en Europe, puis leur prostitution forcée en France.

Lundi, l’avocat général devait prendre ses réquisitions. Mais le procès a été renvoyé sine die pour cause de coronavirus: Omos Wiseborn, qui avait été condamné à 19 ans de réclusion criminelle en première instance, a été testé positif.

Ce report est “une situation regrettée de tous, mais qui s’impose à tous”, a déclaré à l’AFP Adrien Gabeaud, avocat d’Emmanuel Aiwansosa, qui avait été condamné à 10 ans de réclusion criminelle en première instance, notamment pour avoir pratiqué un avortement sauvage sur Juliet, 14 ans.

“Ce qui est horrible, c’est que Juliet n’en peut plus, elle ne peut pas tourner la page”, a de son côté souligné son avocate Catherine Delanoë Daoud. “Je ne sais pas si elle va être capable de témoigner de nouveau”.

Juliet, âgé de 20 ans aujourd’hui, avait livré son supplice jeudi d’une voix à peine audible, entre silences et pleurs.

Elle qui croyait venir étudier en France avait été prostituée dans le bois de Vincennes, avant de subir un avortement “sur des sacs poubelles” à 14 ans. 

L’adolescente a aussi détaillé l’emprise psychologique du réseau: comme les autres parties civiles, elle se pensait soumise au “jujuman”, un homme à qui elle avait prêté allégeance au Nigeria lors d’un rituel où il lui a fait avaler un cœur de poule, en présence de sa mère. 

Sur les seize victimes identifiées dans l’affaire, deux sont mortes noyées en traversant la Méditerranée.

Vendredi, Omos Wiseborn a reconnu avoir participé au réseau, mais assuré qu’une autre femme, au Nigeria, était aux commandes. Il a déclaré devoir travailler pour cette femme, “Mama Blessing”, afin de rembourser une dette.

Le fait que la circonstance de “bande organisée” a été retenue rend ce dossier “emblématique”, selon l’avocat général Jean-Christophe Muller, les mis en cause étant ainsi jugés aux assises où les peines encourues sont plus élevées qu’en correctionnelle.

Lire aussi :

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Au-delà du Covid, les urgences à bout de souffle à l’hôpital Saint Camille de Bry-sur-Marne
Plus de 5 000 classes fermées pour Covid-19 en Ile-de-France
Les syndicats enseignants organisent des rassemblements ces mercredi et jeudi en Val-de-Marne
Le Val-de-Marne prend un nouvel arrêté plus ciblé et restreint pour le port du masque en extérieur
Ile-de-France: 82% des lits de soins intensifs occupés par des patients Covid
A Bobigny, profs et parents d’élèves de Seine-Saint-Denis dénoncent un abandon
Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page
Aucun commentaire pour Proxénétisme sur mineures au bois de Vincennes: réquisitoire renvoyé pour cause de Covid
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi