Education | Val-de-Marne | 01/09
Réagir Par

Rentrée des classes en Val-de-Marne : encore pas mal de flottements

Rentrée des classes en Val-de-Marne : encore pas mal de flottements

Un peu moins de 150 000 élèves de maternelle et élémentaire font leur rentrée ce jeudi matin en Val-de-Marne. Auront-ils tous un professeur dans leur classe ? Et seront-ils dans la même classe et avec le même enseignant la semaine prochaine ? A la veille de la rentrée, ces questions restaient en suspens dans pas mal d’écoles.

“Jusqu’à 15 heures, je ne savais pas qui ferait la rentrée dans ma classe ce jeudi”, confie Cyrille Micheletta en cette veille de rentrée. Enseignant en CE1 REP à Vitry-sur-Seine, ce délégué syndical Snuipp-Fsu est déchargé de cours les jeudi et vendredi et se réjouit d’avoir enfin un binôme pour attaquer cette nouvelle rentrée scolaire. Une heure plus tard, l’enseignant déchante. “J’ai été un peu trop enthousiaste, le collègue qui m’a été envoyé n’est là que pour jeudi et vendredi. J’ignore donc qui me complètera à l’année. L’administration a pourtant connaissance de mes jours de décharge depuis juin…”

Voilà qui donne le ton des flottements de cette rentrée scolaire. “C’est ma trentième rentrée et je n’ai jamais vu autant d’enseignants qui manquent la veille”, confirme Luc Bénizeau, délégué SnudiFo et directeur d’école à Villejuif. Lui a pointé une dizaine de profs non nommés dans sa commune à l’avant-veille de la rentrée. “Dans une école de Fontenay-sous-Bois, il n’y avait qu’un seul collègue sur cinq qui était sûr d’être là, les autres n’ont été confirmés que ce mercredi”, prolonge Cyrille Micheletta. “Il manque aussi des directeurs et directrices, surtout dans les écoles où ils ont peu de décharge, car gérer une école et tenir en classe en même temps, c’est trop lourd”, poursuit l’enseignant.

“Et nous ne voyons aujourd’hui que la partie visible de l’iceberg, à savoir les enseignants qui sont devant une classe, prévient Luc Bénizeau. A Villejuif, deux postes de psy sur quatre sont pourvus, et deux postes d’enseignant Rased (réseau d’aide aux enfants en difficulté) sur cinq. Par ailleurs, des remplaçants ont été nommés sur des postes vacants. Ils ne seront donc plus disponibles comme remplaçants et cela risque de se ressentir d’ici quelques semaines.”

Une pénurie qui aurait pu être évitée

A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée ce mardi, le recteur de Créteil, Daniel Auverlot, s’est montré serein, expliquant comment l’Académie avait recruté et fidélisé les contractuels pour avoir le compte d’enseignants, tout en précisant que 200 professeurs contractuels étaient encore en cours de recrutement. “Nous n’avons jamais eu autant de contractuels, note Cyrille Micheletta. Le 27 août dernier, ils ont eu des explications de base pour prendre une classe mais beaucoup n’avaient pas d’affectation. On les envoie au casse-pipe.” Luc Bénizeau souligne de son côté “la masse des enseignants non formés” qui font leur rentrée, car il n’y a pas que les contractuels, les futurs enseignants qui ont passé le concours débarquent aussi directement dans les classes, explique-t-il. “Avant, les postes étaient pourvus par des titulaires et les futurs enseignants effectuaient leur stage en cours d’année.” Pour lé délégué syndical, la pénurie de cette rentrée aurait par ailleurs pu être évitée. “Pendant plusieurs années, l’Education nationale a refusé de recruter les postulants qui étaient sur listes complémentaires”, rappelle-t-il. Un recrutement d’avance qui aurait pallié le manque de candidats au concours 2022 qui passait cette année du niveau M1 au niveau M2 et a donc puisé ses recrues dans la même génération d’étudiants que l’année dernière.

Lire : Le rectorat de Créteil fidélise les enseignants contractuels pour boucler la rentrée

Carte scolaire incertaine

Autre flottement : la carte scolaire, c’est à dire les structures d’écoles (le nombre de classes par niveau par établissement). “Il y a toujours quelques ajustements de rentrée mais cette année, il y a par exemple 9 écoles sur 24 à Villejuif, soit plus d’un tiers, qui ont dû prévoir une double structure, en fonction des ouvertures et fermetures qui seront confirmées après la rentrée. Cela représente beaucoup d’enfants qui feront leur rentrée avec un enseignant et en changeront la semaine suivante”, regrette le délégué SnudiFo.

Lire aussi : Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis: des milliers d’élèves en moins à la rentrée des classes

Le prochain Comité technique spécial départemental (CTSD), instance qui réunit représentants et direction académique, se réunira le 6 septembre prochain pour établir la carte scolaire définitive. D’ici là, les élèves et enseignants réellement présents auront pu être pointés, pour la grande majorité, ce qui devrait permettre de disposer de chiffres plus précis concernant les effectifs, même si ceux-ci évoluent toute l’année.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Rentrée des classes en Val-de-Marne : encore pas mal de flottements

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.