Justice | Seine-Saint-Denis | 18/03
Réagir Par

Saint-Denis: les violences conjugales du quotidien au tribunal de proximité

Saint-Denis: les violences conjugales du quotidien au tribunal de proximité © Stocklib / Artit Oubkaew

Deux gifles qui partent trop vite. Un peignoir serré autour du cou. Une  femme brutalement poussée contre le mur. A l’occasion d’une audience  spéciale violences conjugales, les gestes de violence du quotidien sont  sortis de la sphère privée des couples pour être jugés par le tribunal de proximité de Saint-Denis.

Exerçant la justice de proximité, le président du tribunal de Bobigny 
Peimane Ghaleh-Marzban et le procureur de Seine-Saint-Denis Éric Mathais tiennent chaque mois, en personne, une “audience foraine” délocalisée dans le minuscule tribunal de Saint-Denis.

Jeudi, pour la première fois, celle-ci se dédiait exclusivement à la 
thématique sensible des violences conjugales, sujet de société qui a 
pris de l’ampleur ces dernières années.

Pendant huit heures, avec dix dossiers, une montagne de disputes, 
vexations, rancœurs, coups de pied, claques, insultes, morsures et 
menaces s’accumule progressivement dans le petit prétoire niché à un jet 
de pierre de la basilique des rois de France.

Bedonnant ouvrier du bâtiment, les cheveux tirés en arrière pour masquer 
une calvitie, Noureddine B., 51 ans, est poursuivi pour avoir menacé son 
ex avec un cutter en janvier dans une pharmacie de Pierrefitte-sur-Seine.

Revenant avec colère sur le contexte de leur relation, la victime 
raconte avoir été battue pendant des années. Devant les magistrats, elle 
s’agenouille pour mimer une fellation qu’il l’aurait forcée à pratiquer, 
sous la menace d’un “grand couteau comme ça, comme pour égorger un mouton”.

Un témoignage que dément le prévenu, au casier judiciaire vierge:

– “Il y a beaucoup de mensonges!”, s’agace-t-il.

– “Madame dit quand même des choses qui sont…” avance le président 
Ghaleh-Marzban.

– “Oui, parce que c’est une femme!”

Dans l’attente de la décision du juge, une altercation éclate dans le 
couloir entre les deux bords, obligeant l’huissière à les séparer. 
Noureddine B. écope de quatre mois de prison avec sursis.

Plaintes retirées

Souleymane B. a posé sa journée pour venir à son procès. Conducteur 
d’autobus, il a donné l’été dernier deux gifles à sa compagne de 
l’époque, alors qu’il la quittait. Cette dernière n’a pas porté plainte 
et n’est pas non plus présente à l’audience.

Ses réponses sont aussi tristement banales que les faits. “J’ai juste 
voulu prendre mes affaires et repartir, ce qu’elle n’a pas accepté. 
C’est ce qui a engendré cette situation que je regrette profondément”. 

Un mois avec sursis, condamnation qui ne sera toutefois pas inscrite sur 
son casier judiciaire.

Un couple de jeunes trentenaires s’avance. Grands et élancés, cet homme 
et cette femme ont la particularité de comparaître à la fois comme 
prévenus et victimes pour des violences volontaires lors d’une dispute 
déclenchée par la possession d’un oreiller. Se tenant de part et d’autre 
de la barre, ils s’évitent du regard.

Lui baisse la tête, comme penaud. Elle se montre vindicative. Mais les 
explications restent embrouillées, la scène confuse. Seule certitude 
dans ce dossier, conclut Éric Mathais, “il vaut mieux que ce couple se 
sépare”.
1 500 euros d’amende chacun et 800 euros de dommages-intérêts 
accordés à “madame”.

Le responsable sécurité Areki A. et son épouse ne comprennent pas ce 
qu’ils font devant le tribunal. Pour expliquer son œil au beurre noir, 
la victime, dont la carrure frêle et la voix timide contrastent avec le 
corps tout d’un bloc bâti de son époux, parle bien aujourd’hui d’“une 
frappe”,
mais “involontaire”.

La femme a même retiré sa plainte. “Je ne voulais pas faire de problème, 
je ne voulais pas perdre mon couple”
, plaide cette Algérienne diplômée, 
arrivée en France pour son mariage et dont le compagnon lui interdit de 
travailler. Elle s’excuse presque d’avoir dérangé la justice.

Rien n’y fait. “Dans les disputes, les gestes violents ne sont pas 
admissibles”
, rappelle le président Ghaleh-Marzban. Pour “monsieur”, ce 
sera donc deux mois avec sursis.

Dossier suivant.

Par Alexandre MARCHAND

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Saint-Denis: les violences conjugales du quotidien au tribunal de proximité
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi