Culture | | 03/01
Réagir Par

À Gentilly, la Maison Robert Doisneau restaure la mémoire de la photographe Ergy Landau

À Gentilly, la Maison Robert Doisneau restaure la mémoire de la photographe Ergy Landau © Ergy Landau ARJL

Tout le monde connaît le photographe roumain Brassaï, le hongrois Robert Capa. Mais qui se souvient de sa compatriote Ergy Landau, qui a contribué aux grands courants photographiques du XXᵉ siècle, de la Nouvelle vision à la photographie humaniste ? Prolongée jusqu’au 26 février, l’exposition rétrospective que lui consacre la Maison Robert Doisneau de Gentilly donne à voir son œuvre à travers une belle sélection d’une centaine de clichés inédits et d’archives personnelles.

Née dans une famille bourgeoise de Budapest en 1896, Ergy Landau part à Vienne puis à Berlin pour parfaire sa formation de photographe avant d’installer son studio à Budapest. Elle en repart dès 1922, fuyant le régime autoritaire de l’amiral Miklós Horthy.

C’est à Paris qu’elle s’installe, ouvrant son studio dans le 16ème arrondissement. Elle réalise des portraits d’artistes, d’enfants, des nus féminins et des reportages, croquant des petites joies dans leur spontanéité. Dans les années 1930, elle rejoint l’agence de photojournalisme Rapho, fondée par un autre émigré juif hongrois, Charles Rado. Dès le début des années 1920, elle expose et participe à des ouvrages d’art, expérimentant différentes approches.

© Ergy Landau ARJL

Après la guerre, elle relance l’agence avec Raymond Grosset, Brassaï, ainsi que de plus jeunes photographes comme Robert Doisneau puis Sabine Weiss. En 1954, elle est la première femme photographe à partir photographier la Chine de Mao Zedong, dans le cadre d’une délégation française.

Hémiplégique après un accident à Paris en 1965, elle meurt deux ans plus tard, à l’âge de 70 ans.

© Amis de Ergy Landau

Créée par trois commissaires, Kathleen Grosset, fille de Raymond Grosset, Laurence Le Guen, présidente de l’association Les amis d’Ergy Landau et David Martens, spécialiste de littérature contemporaine et de ses liens avec les autres arts, l’exposition s’attache à retracer le parcours de la photographe en explorant ses différentes dimensions, comme le nu photographique, la nouvelle vision (voir le cliché ci-dessous), le portrait et encore la photographie humaniste.

© Ergy Landau ARJL

Infos pratiques

Entrée libre jusqu’au 26 février 2023
Mercredi au vendredi de 13H30 à 18H30
Samedi et dimanche de 13H30 à 19H (fermée les jours fériés)

Maison de la Photographie Robert Doisneau
1 rue Division du Général Leclerc
Gentilly

Parallèlement à l’exposition présentée à la Maison de la Photographie Robert Doisneau :
‧ L’association des Amis d’Ergy Landau récemment créée, va restaurer la sépulture de la photographe au cimetière de Bagneux (92220).
‧ Une plaque commémorative sera apposée, rue Scheffer, Paris XVIe, sur la façade de l’immeuble où se trouvait le studio d’Ergy Landau.
‧ Une exposition en ligne Ergy Landau à livres ouverts sur http://ergylandau.litteraturesmodesdemploi.org/
‧ L’exposition Paris dans l’objectif d’Ergy Landau à la Mairie du XVIe arrondissement de Paris du 8 décembre 2022 au 8 janvier 2023.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour À Gentilly, la Maison Robert Doisneau restaure la mémoire de la photographe Ergy Landau

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.