Entreprendre | Paris | 21/06
Réagir Par

Près de la Bastille à Paris, un coworking du son s’installe dans l’ancien transformateur électrique

Près de la Bastille à Paris, un coworking du son s’installe dans l’ancien transformateur électrique © Batipart

Studios, espaces de coworking, restaurants, artisanat… D’ici à 2025, l’ancien transformateur électrique Enedis des années 1930 va être réhabilité en un véritable temple du son dans le cadre du projet MurMure, du groupe Batipart.

Ce bâtiment de 9 000 m2 sur cinq niveaux est un ancien transformateur électrique redevenu propriété de la mairie depuis une quinzaine d’années. Le projet “MurMure” du groupe Batipart a été sélectionné en 2018 dans le cadre de l’appel à projets “Réinventer Paris”. La thématique était “l’exploration du potentiel des sous-sols parisiens“.

Réhabilitation

Une usine de 1930 abritant un transformateur électrique dans le 11e arrondissement de Paris, va devenir une “mini-ville” pour les professionnels de la musique. Des studios d’enregistrement “de rang international” se trouveront dans les sous-sols.

Les travaux viennent d’être lancés pour une livraison en 2025. Les modifications ne toucheront pas à la structure du bâtiment. Leur montant n’a pas été communiqué. Nous voulions trouver un projet qui conservait la structure pour des raisons patrimoniales et environnementales“, a expliqué l’adjoint à l’urbanisme, Emmanuel Grégoire.

“Que Paris garde sa place de référence mondiale

Nous voulons que Paris garde sa place de référence mondiale pour les grandes productions de musique. Nous souhaitons également que les professionnels de la musique disposent d’un équipement de référence mondiale intra-muros“, a ajouté M. Grégoire.

Le bâtiment accueillera plusieurs studios d’enregistrement en sous-sol, dont un de 400 m2 et 7 mètres de hauteur. Il sera en capacité de recevoir un orchestre symphonique. Le rez-de-chaussée abritera des boutiques et de l’artisanat dans l’univers musical (luthiers, disquaires, etc.), ainsi qu’un restaurant. Les étages seront des espaces de coworking pour les métiers du son et de la musique (design sonore, producteurs, tour-managers, créateurs de contenu, etc.). Le toit terrasse en haut de l’immeuble sera végétalisé et dédié “au silence“.

Une petite ville musicale

L’idée c’est de dire : vous êtes musiciens, vous enregistrez, vous cassez votre corde de guitare, vous l’achetez au rez-de-chaussée“, a expliqué Eléonore Givry, architecte du projet. “Il n’y a plus de grand studio d’enregistrement digne de ce nom à Paris, à une grandeur, une échelle importante comme Abbey Road. Or, il y a une grande demande des producteurs et des compositeurs. Ils sont souvent obligés de partir à l’étranger pour travailler“, a reconnu la violoniste et marraine du projet Anne Gravoin. Elle voit dans MurMure une “petite ville musicale.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Ajouter une photo
    Ajouter une photo

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *