Manifestation | Ile-de-France | 13/02
Réagir Par

Réforme des retraites : manifestation suivie à Paris

Réforme des retraites : manifestation suivie à Paris © Twitter PS Cachan

Les manifestation de ce samedi 11 février ont rassemblé près d’un million de personnes en France, dont 93 000 à Paris, selon le ministère de l’Intérieur. La CGT a recensé de son côté 500 000 personnes dans le cortège parisien, et “plus de 2,5 millions” au niveau national. Le cabinet Occurrence, qui a réalisé un comptage pour un collectif de médias, a dénombré 112 000 manifestants à Paris.

Quelle que soit la source, les chiffres au niveau national sont supérieurs à ceux de la journée précédente du 7 février (près de 2 millions, selon la CGT et 757 000, selon les autorités).

Avant le départ du défilé dans la capitale, les leaders des huit principaux syndicats ont confirmé leur appel à un cinquième acte le 16 février. Ils se sont aussi dits prêts “à durcir le mouvement” et à “mettre le pays à l’arrêt le 7 mars” si le gouvernement et le Parlement “restent sourds” aux mobilisations. 

Selon Philippe Martinez (CGT), “la balle est dans le camp” de l’exécutif, son homologue de la CFDT Laurent Berger ajoutant que “ça laisse un peu de temps s’ils veulent réagir”. Pour le secrétaire de la CFDT, il s’agit de “faire des rassemblements devant les entreprises, des opérations ville morte” et non d’être “dans la logique de grève reconductible”.

Mais l’intersyndicale à la RATP (CGT, FO, UNSA, CFE-CGC) a d’ores et déjà appelé samedi à la première grève reconductible du mouvement, à partir du 7 mars. La CGT cheminots envisage de faire de même.

En province aussi, les cortèges ont rassemblé plus de monde que le 7 février, avec un écart croissant entre les chiffres des autorités et des syndicats, en particulier à Marseille (entre 12 000 et 140 000) et Toulouse (entre 25 000 et 100 000).

Comme les fois précédentes, les défilés se sont déroulés globalement dans le calme, hormis quelques incidents à Paris, Nantes ou Rennes où 23 personnes ont été interpellées et 4 policiers blessés. 10 000 policiers et gendarmes étaient mobilisés, dont 4 500 dans la capitale, où 10 personnes ont été interpellées et un gendarme blessé à l’œil.

Par ailleurs, la diffusion d’images d’un mannequin gonflable censé représenter Elisabeth Borne pendue à une potence lors du défilé marseillais par BFMTV a provoqué sur Twitter l’indignation du ministre de l’Agriculture Marc Fesneau et du secrétaire général de Renaissance, Stéphane Séjourné qui ont dénoncé pour l’un un “pousse au crime” et pour le second “une incitation au meurtre”.

Dans les airs, un vol sur deux a été annulé à Orly en raison d’une grève imprévue de contrôleurs aériens.

Les trois premières journées d’action ont réuni entre 757 000 et 1,27 million de personnes selon les autorités (entre près de deux millions et plus de 2,5 millions selon l’intersyndicale), sans infléchir l’exécutif sur la mesure-phare de la réforme, le recul de l’âge légal de départ à 64 ans.

Depuis Bruxelles, où il participait à un sommet européen, le président Emmanuel Macron avait jeudi plaidé pour que “le travail puisse se poursuivre au Parlement”, sans que la contestation “bloque (…) la vie du reste du pays”.

Les syndicats soulignent au contraire le risque d’une radicalisation de la base et aussi d’une forme de “désespérance sociale” qui se traduise par un vote d’extrême droite dans les urnes.

“Monsieur Macron, s’il compte sur l’usure, se trompe de pays”, a jugé à Marseille le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon, estimant que sa manière d’agir est “une incitation à la violence”.

Les syndicats réclament qu’à l’Assemblée, l’article 7, qui porte la mesure d’âge, puisse faire l’objet d’un vote. Mais rien n’est moins sûr, alors que les députés de la Nupes ont déposé des milliers d’amendements, débattus dans une ambiance tumultueuse.

“On veut voir qui va effectivement se prononcer pour ou contre” la mesure d’âge, a déclaré M. Martinez, indiquant que les syndicats comptent “interpeller dès aujourd’hui” les parlementaires de l’arc républicain pour qu’ils mesurent “leur responsabilité”.

Outre la journée du 16 février – où les leaders de l’intersyndicale ont prévu de manifester ensemble à Albi – et le point d’orgue du 7 mars, alors que le texte sera arrivé au Sénat, les syndicats envisagent aussi des actions pour le 8 mars, journée des droits des femmes, “pour mettre en évidence l’injustice sociale majeure de cette réforme”.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Réforme des retraites : manifestation suivie à Paris

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.