Travaux | | 29/06/2023
Réagir Par

Seine-Saint-Denis : le point sur le nettoyage des eaux de la Marne

Seine-Saint-Denis : le point sur le nettoyage des eaux de la Marne © CD

Pour les Jeux Olympiques de 2024, la Seine-Saint-Denis nettoie la Marne pour rendre le fleuve baignable, en modernisant le réseau de traitement des eaux. Le point sur l’ensemble des travaux.

Nous sommes au rendez-vous, sauf accident majeur. La totalité des grands ouvrages sur lesquels nous avons engagé des travaux, sur l’ensemble du réseau et pas seulement en Seine-Saint-Denis, seront réalisés à temps pour être opérationnels avant les Jeux“, a déclaré le préfet Jacques Witkowski lors d’une visite de chantiers à Gagny.

1,4 milliard d’euros investis

La Seine-Saint-Denis est l’un des acteurs du plan baignade pour la Seine et la Marne, pensé pour les JO-2024, destiné à perdurer au-delà. Les pouvoirs publics y ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016.

Pour ce département du nord-est francilien, le principal enjeu est de moderniser le réseau de traitement des eaux de certaines zones du sud du territoire pour séparer les eaux de pluies des eaux usées, qui à l’heure actuelle se mélangent et se déversent parfois d’un seul tenant dans la Marne en amont de Paris.

Cela passe notamment par la construction d’un nouveau bassin de rétention de 30 000 m³ à Gagny, qui doit être achevé au printemps 2024, et la pose d’une trentaine de kilomètres de canalisations des eaux usées, qui doivent ensuite être raccordées. “L’arrivée des Jeux olympiques a été un formidable accélérateur, en tout cas pour notre territoire, pour cette mise aux normes“, imposée par une directive européenne, explique Jacques Witkowski.

Seulement 1 100 logements particuliers raccordés

Si la totalité des grands comptes (administrations, grands ensembles, établissements publics…), qui représentent les trois quarts des flux d’eaux usées, devraient être raccordés au réseau à début 2024, la campagne marque en revanche le pas sur les raccordements de particuliers.

Sur les 10 200 logements de particuliers jugés prioritaires, seuls 1 100 ont actuellement effectué les travaux demandés par la loi. La faute à un coût non négligeable pour des résultats invisibles (7 700 euros en moyenne, dont 6 000 sont couverts par des aides publiques).

Au-delà des épreuves olympiques de nage en eau libre et de triathlon à l’été 2024, le plan baignade doit aboutir à l’ouverture d’une vingtaine de sites de baignade pérennes en Île-de-France dans les années qui suivront.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans , , avec comme tags , JO, Marne, nettoyage, Seine-Saint-Denis, sport,
Aucun commentaire

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Ajouter une photo
    Ajouter une photo

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous chargez l'article suivant