Politique | Val-de-Marne | 24/01
Réagir Par

Val-de-Marne : le Parti de Gauche continue de tracer sa route à côté de La France Insoumise

Val-de-Marne : le Parti de Gauche continue de tracer sa route à côté de La France Insoumise

À l’initiative de La France Insoumise, le Parti de Gauche continue d’exister, davantage structuré localement. En Val-de-Marne, deux nouveaux cosecrétaires viennent de prendre la main : Sophie Ruiz et Thomas Giry. L’occasion de faire le point sur les complémentarités du parti par rapport au mouvement LFI. Coup de fil.

C’est lors de l’assemblée générale du PG 94 que la succession a eu lieu. Cécile Germain et Robin Albert ont passé le relais à Sophie Ruiz, soignante, et Thomas Giry, enseignant, tous deux militants syndicaux, engagés au PG et aussi à LFI. Militant insoumis d’Arcueil, Thomas Giry siège notamment au parlement de la Nupes. L’occasion de faire un point sur la complémentarité des mouvements. Questions à Thomas Giry.

Comment le PG coexiste-t-il avec LFI ?

Dans une forme de complémentarité. Historiquement, le Parti de Gauche a voulu un mouvement large et non partidaire. La France Insoumise a cette vocation. En pratique, LFI était peu structurée localement, jusqu’à la convention de décembre. Pour faire passer les informations, le PG a donc mis ses infrastructures à disposition. Cela va toutefois changer progressivement avec une coordination plus formelle des groupes LFI dans le cadre de boucles départementales avec des responsables fonctionnels pour organiser les actions concrètes, gérer les relations avec les autres organisations… C’est en cours de formalisation. Le PG reste dans une relation d’appui.

Nous avons également de l’expérience en termes de formation militante, même si LFI développe ses propres outils avec le lancement début février de l’Institut La Boétie.

Y a-t-il des spécificités du PG en termes programmatiques ?

Oui. Sur les retraites par exemple, le programme partagé par la Nupes est de 60 ans et 40 annuités alors que le PG défend 60 ans avec 37,5 annuités, rejoignant les revendications de plusieurs syndicats. Globalement, notre corpus idéologique est un peu plus resserré, tout en restant en dialogue avec les autres approches. Il s’articule autour d’un “manifeste pour l’écosocialisme”, passé de 18 à 26 thèses.

Avez-vous envisagé de dissoudre le PG au profit de LFI ?

Pour l’instant, ce n’est pas à l’ordre du jour. Nous estimons avoir encore une utilité et une complémentarité par rapport aux outils existants.

Au sein du PG, tout le monde a-t-il la double appartenance LFI ?

Les membres sont essentiellement des militants insoumis oui. L’action militante passe par LFI.

Combien y a-t-il de militants au PG 94 ?

Quelques centaines, dont une centaine sont vraiment impliqués.

Quelles sont les priorités du PG 94 pour cette année 2023 ?

Elles sont multiples et très liées à l’actualité sociale, démocratique et environnementale. La première urgence est bien sûr la réforme des retraites, avec une urgence : obtenir le retrait du projet. Il y a aussi des actions concernant l’assurance chômage, l’inaction climatique… Nous accueillerons à bras ouverts tous ceux qui sont intéressés par notre organisation.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Val-de-Marne : le Parti de Gauche continue de tracer sa route à côté de La France Insoumise

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.