Politique | Val-de-Marne | 04/07
Réagir Par

“Non au Rassemblement National pour les universités et les écoles”, appelle Jean-Luc Dubois-Randé, président de l’Université de Créteil

“Non au Rassemblement National pour les universités et les écoles”, appelle Jean-Luc Dubois-Randé, président de l’Université de Créteil © Upec

“Nous sommes une université de la diversité”, défend Jean-Luc Dubois-Randé, président de l’Université de Créteil, qui vient de signer un communiqué commun de France Université.

“Nous sommes l’université des enfants de la République, c’est une force et une richesse”, insiste le président de l’Upec auprès de 94 Citoyens, faisant état des inquiétudes des enseignants sur la liberté académique.

Le patron de l’université cristolienne a pris position pour son établissement en signant le communiqué de France Université, publié au lendemain du premier tour.

“Parce qu’elle se fonde sur des principes d’exclusion, de repli, mais aussi sur la peur et le rejet de l’autre, la politique portée par le Rassemblement national met en danger notre enseignement supérieur et la chance qu’il offre à toute la jeunesse, quels que soient son parcours, ses origines et son milieu social. Elle compromet l’accueil d’étudiants étrangers parmi lesquels certains deviendront doctorants et participeront, demain, au rayonnement de la science française dans le monde. Elle menace également l’indépendance du service public, de l’enseignement supérieur dans son ensemble, ainsi que l’autonomie de sa recherche et la liberté académique et pédagogique de celles et ceux qui ont en charge la formation de la jeunesse et concourent au développement du pays, dans chacun de nos territoires. C’est encore une autre idée de l’Europe dont nous ne voulons pas, celle où les universités européennes n’auront plus leur place et où la mobilité étudiante portée par le programme Erasmus, plébiscité depuis de nombreuses années, est en danger”, alerte le communiqué signé par France Universités, la Conférences des directeurs des écoles françaises de management (CDEFM), la Conférence des directeurs des écoles d’ingénieurs (Cdefi) et la Conférence des grandes écoles (CGE).

“La venue d’étudiants étrangers en France contribue effectivement à l’immigration, comme d’autres filières. Nous souhaitons mettre en place une politique migratoire”, explique sur ce sujet, Francis Prétot, délégué du Rassemblement national en Val-de-Marne. Concernant l’enseignement supérieur, le programme du RN indique souhaiter “adapter l’offre de formation initiale et continue aux besoins réels des branches professionnelles.”

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags , enseignement supérieur, Législatives 2024, ,
Aucun commentaire

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Ajouter une photo
    Ajouter une photo

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous chargez l'article suivant