Exposition | Nogent-Sur-Marne | 11/09/2016
Réagir Par

A Nogent-sur-Marne, « Je suis du bord » questionne notre rapport à l’histoire coloniale et au tourisme

Télécharger dans votre calendrier
  • A Nogent-sur-Marne, « Je suis du bord » questionne notre rapport à l’histoire coloniale et au tourisme
  • du 8 septembre au 23 octobre
  • Maison d'Art Bernard Anthonioz, 16 Rue Charles VII, Nogent-sur-Marne, France
    Nogent-Sur-Marne
  • Gratuit 0 EUR
A Nogent-sur-Marne, « Je suis du bord » questionne notre rapport à l’histoire coloniale et au tourisme © Bernier Martin
Publicité

L'identité, la perception de l'étranger, l'histoire coloniale et ses traces dans la société d'aujourd'hui, le rapport aux couleurs de peau... Patrick Bernier et Olive Martin les questionnent au fil de leurs oeuvres.

Respectivement nés, en 1971 et 1972, les deux artistes, qui se sont rencontrés aux Beaux Arts de Paris avant de faire ceux de Nantes où ils travaillent aujourd’hui, travaillent ces sujets en usant de toutes les formes artistiques, de la performance, comme celle, « Plaidoirie pour une jurisprudence », jouée par de vrais avocats pour défendre le maintien en France d’un sans-papiers en s’appuyant sur le droit d’auteur,  à la vidéo à l’instar du court-métrage « Manmuswak » (2005), qui raconte la journée d’un émigré Africain – successivement surveillant en tant que vigile et surveillé,  en passant par des installations ou même des jeux, comme l’Echiqueté, qui se joue comme les échecs à ceci près que les pièces conquises par la partie adverse ne tombent plus mais se métissent de blanc et noir.

Dans le cadre de la neuvième édition de la programmation satellite du Jeu de Paume, dédiée à la création contemporaine, et cetet année consacrée à la thématique « Notre océan, votre horizon », sous la houlette d’Heidi Ballet, les deux artistes ont choisi de proposer deux installations vidéo qui se répondent. A voir à la Maison d’art Bernard Anthonioz de Nogent-sur-Marne du 8 au 23 septembre.

La première vidéo plonge dans le Mémorial de l’abolition de l’esclavage de Nantes, lieu de mémoire conçu comme la cale d’un navire au bord de la Loire. On y voit les les visiteurs déambuler, lire les textes. La seconde vidéo donne à voir des croisiéristes européens servis par l’équipage international d’un paquebot en Méditerranée. La vie à bord défile au rythme d’une musique grave, annonciatrice d’on ne sait quelle douce et inéluctable destination. « Au-delà de cette association formelle, notre juxtaposition met en évidence un autre point commun, inattendu et grinçant, entre ce lieu et le paquebot de croisière, c’est sa dimension touristique. Le mémorial est une étape inscrite dans le Voyage à Nantes, entreprise culturelle ayant pour but le développement touristique de la ville. Ainsi, dans un même mouvement, Nantes reconnaît la part atroce de son passé et capitalise dessus. C’est dérangeant, mais nous devons convenir que cette inscription offre au site d’être fréquenté et vivant, et le fait échapper à l’écueil mortifère dans lequel il pourrait facilement sombrer« , témoignent les deux artistes.

BernierMartin_9

 

Des visites commentées et lectures seront proposées lors des Journées du patrimoine des 17 et 18 septembre, sur réservation.

Ouvert au public, les jours de semaine de 13h à 18h
Les samedis et dimanches de 12h à 18h
Fermeture les mardis et les jours fériés
Entrée libre

Accès
RER A : Nogent-sur-Marne puis bus 114 ou 210, arrêt Sous-préfecture
RER E : Nogent-Le Perreux puis direction Tribunal d’instance
Métro ligne 1 : Château de Vincennes puis bus 114 ou 210, arrêt Sous-préfecture

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

En vous abonnant, ou en faisant un don, même modeste et ponctuel, vous contribuez à notre développement et à notre indépendance..

7 commentaires pour A Nogent-sur-Marne, « Je suis du bord » questionne notre rapport à l’histoire coloniale et au tourisme
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi