Publicité
Publicité: Forfait améthyste Val-de-Marne
Ivry-sur-Seine 06/01
Réagir Par

Festival théâtre Traits d’union: Froid

Télécharger dans votre calendrier
  • Samedi 13 janvier à 20h30 et dimanche 14 janvier à 19h
  • 23 Rue Hoche, Ivry-sur-Seine, France
    Ivry-sur-Seine
Festival théâtre Traits d’union: Froid © La Fièvre

C’est un fait-divers tragique survenu en 2002 en Suède qui a inspiré Froid, de Lars Noren,  seconde pièce présentée au festival Traits d’union, organisé par la compagnie des Entichés au théâtre El Duende d’Ivry-sur-Seine.

L’histoire écrite par Lars Noren se tient dans l’ambiance inconfortable d’une chaleur harassante, à la fin des cours. Trois adolescents un peu paumés, aux idéaux néo-nazis, boivent pour fêter la fin des cours et oublier leurs frustrations, leurs inquiétudes. L’ambiance est tendue. Karl, un jeune Coréen adopté par une famille suédoise bourgeoise passe par là. Il représente  ce qu’ils n’ont pas, une famille, de l’argent, la perspective d’une réussite sociale. La pièce raconte cette haine et la montée de violence qu’elle provoque.

« Ce qui nous intéresse c’est le chemin, cette heure qu’ils passent ensemble. Analyser les comportements qui les poussent à commettre ce crime. Non pas en peignant le portrait cliché de jeunes néo-nazis mais celui de jeunes amis comme on pourrait en croiser des centaines qui aiment rire, manger des saucisses et jouer au foot. Qu’est-ce qui fait qu’ils sont si différents des autres ? Si leurs valeurs sont à dénoncer, n’est-ce pas aussi le rôle de la société d’empêcher ces dérives ? Rechercher leurs sensibilités, leurs failles, pour trouver le moteur de leurs colères. Ce spectacle n’est pas pour dénoncer une monstruosité existante mais bien plus pour inviter le spectateur à réfléchir, à se poser des questions sur un problème actuel qui relève de notre responsabilité à tous. On ne naît pas raciste, ni meurtrier. C’est peut-être notre rôle de citoyen d’aider les gens dans la dérive plutôt que de les ostraciser perpétuellement, de les rejeter sans jamais essayer de les entendre. Cette haine ne peut venir que d’un chagrin profond, d’un sentiment d’abandon. La plupart des jeunes qui rejoignent des groupes fascistes le font car ils y trouvent un réconfort, une bande qui les accepte. Une raison de vivre tout simplement. C’est la confrontation de quatre humanités que nous nous efforçons de représenter, avec leurs défauts et leurs qualités. Ce n’est pas un procès, pas plus qu’une psychanalyse ou une étude sociale. C’est un moment de vie aussi fragile que n’importe quel autre, qui peut à chaque instant basculer dans l’horreur« , motive le collectif La Fièvre, metteur en scène de la pièce. Constitué en 2014, ce collectif est composé de 11 acteurs qui se sont connus au cours Florent.

L’auteur, Lars Noren, né en 1944, écrit de la poésie, des romans et du théâtre depuis l’âge de 20 ans. Alors qu’il souffre de schizophrénie,  son oeuvre n’est pas autobiographique à  proprement parler mais empreinte d’une violence souvent liée à des sujets parapsychologiques ou psychiatriques.

La pièce dure une heure et est mise en scène par Romain Bouillaguet, Emmanuel Pic et interprétée par Romain Bouillaguet, Axel Giudicelli, Arthur Gomez, Alexandre Gonin, Edouard Eftimakis.

Voir article complet sur le festival Traits d’union

Deux représentations à Ivry-sur-Seine

Deux représentations au théâtre El Duende, dans le cadre du festival Traits d’union, organisé par la Compagnie des entichés, dont la thématique porte cette année sur les frontières.

Samedi 13 janvier à 20h30

Dimanche 14 janvier à 19h
(A noter avant, à 15 heures, la représentation du spectacle de danse Mnémosyne par la Cie Nawel Oulad

Bon plan, places à gagner

Dans le cadre d’un partenariat avec le festival, 94 Citoyens offre des places pour ces spectacles à ses lecteurs abonnés payants. Envoyer un mail à redaction@citoyens.com. Premiers arrivés, premiers servis.

 

Cet article est publié dans , , avec comme tags