Entreprendre | Val de Marne | 30/04
Réagir Par

Ce que sont devenus les inventeurs du Lépine 2018 en Val-de-Marne

Publicité

Compartimenteur de boissons, repose-pied automobile, toaster universel, seau en glace, buzzer pour courir tranquille... Les participants val-de-marnais du Lépine 2018 avaient plus d'une idée dans leur sac pour aller à la Foire de Paris. Récompensés par une pluie de médailles, que-sont-ils devenus en 2019 ?  Quelques nouvelles de nos inventeurs.

Un rendez-vous populaire mais pas un salon professionnel

Après une période de pause pour gérer ses autres activités, Bernard Ghnassia s’est réinvesti dans le développement de son compartimenteur de boissons, en améliorant la présentation pour lui donner un look de bouteille presque-classique (voir photo de une). Début avril, c’est à Genève qu’il a participé au salon international des inventions et raflé huit médailles, une coupe et de précieux contacts. «A l’aéroport, j’ai dû payer un supplément parce que j’avais 80 kg de plus qu’à l’aller ! Le concours Lépine draine beaucoup de curieux mais pas vraiment d’industriels ou d’investisseurs et c’est ce que suis venu chercher en Suisse», explique l’habitant de Saint-Maurice. A présent, son produit est prêt à être fabriqué en série et l’inventeur recherche des distributeurs. En attendant, ce touche-à-tout s’apprête à participer à l’opération La Fabrique Aviva, à partir du 6 mai où sont en jeu près d’un million d’euros d’aides aux entrepreneurs.

Les médailles ne suffisent pas à séduire les banquiers

Thomas Bernard n’a pas non plus abandonné son Move buzzer qui permet de se signaler facilement lorsque l’on court, mais il doit prendre son mal en patience. «Le gros problème, c’est le financement. Ils demandent un business plan et un prévisionnel financier mais il est très compliqué de donner des chiffres pour un produit qui n’existait pas jusqu’à présent. Alors, ils ne veulent pas prendre de risque. Reste le financement participatif ou les appels à projet mais encore faut-il remplir les critères de sélection», explique l’ex-Fresnois qui a retrouvé sa Provence. Là-bas, le joggeur s’est tourné vers un fab lab pour lancer une série de quelques milliers d’unités à moindre coût et établir un réel chiffrage du coût de production et du coût de revient de son invention pour convaincre des investisseurs. «Dans l’esprit du quidam, il y a un petit côté loufoque quand on pense à l’inventeur, c’est l’image du professeur Tournesol. Mais il y a en réalité un gros investissement personnel derrière ! Je pense que nous gagnerions davantage en visibilité s’il n’y avait pas autant de médailles distribuées parce que c’est un peu comme à l’école des fans et les distinctions particulières comme ma médaille de la ville de Paris se distinguent moins».

«Le concours Lépine donne un sacré effet boost»

Après avoir fait leurs preuves auprès des professionnels, Beaudour Allala et Yann Coulombel entendent bien proposer Toastoo, leur toaster universel en cuisson légère, aux particuliers, même s’ils n’ont pas encore eu le temps de se lancer, trop occupés à honorer une commande exceptionnelle d’un client. «Lors du concours, nous avons fait un petit sondage pour demander si les consommateurs préféreraient un produit de fabrication française un peu plus onéreux ou un produit fabriqué en Chine. C’est la première option qui l’a nettement emportée. Nous avons réuni autour de nous une communauté qui attend Toastoo avec impatience. Nous allons leur faire tester les premiers modèles et pensons revenir l’année prochaine avec le produit fini et prêt à être commercialisé. Le concours Lépine donne un sacré effet boost», expliquent les Perreuxiens.

 

 

Footup, Topi Games et IcedBottle

Le Footup d’Isabelle Millasseau, ce repose-pied qui s’adapte à n’importe quel siège automobile, est désormais disponible sur les sites de e-commerce et la Campinoise s’est lancée professionnellement, suivie par le programme Sup’Excellence de la CCI du Val-de-Marne. Deux nouveaux produits devraient diversifier sa gamme dès l’année prochaine. Imaginé par Olivier Spinner, légionnaire au fort de Nogent, Iced Bottle, ce seau à champagne dans un bloc de glace est encore en cours de développement  et espère prochainement arriver au stade de la commercialisation. Quant à l’entrepreneur de Nogent-sur-Marne, Jonathan Algaze, qui avait présenté des jeux de société éducatifs, il a continué à enrichir le catalogue de sa société Topi Games.

Une campinoise invente un repose-pied enfant pour automobile

A Saint-Maurice, Bernard Ghnassia imagine la canette multi-saveurs

A Nogent-sur-Marne, Jonathan Algaze multiplie les jeux de société

Au Perreux, ils brevettent la cuisson légère de la feuille de brick

A Fresnes, Thomas Bernard crée le move buzzer pour courir tranquille

La géniale invention du légionnaire pour garder le vin au frais

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi