Initiative | Fontenay-sous-Bois | 08/12/2017
Réagir Par

Remue-méninges numérique et citoyen à Fontenay-sous-Bois

Oser faire ensemble et donner une place au citoyen, oser consommer, apprendre et travailler autrement … C’était le défi imposé par la 6ème édition du Colloque Internet Solidaire organisée à la Maison du Citoyen de Fontenay-sous-Bois ce jeudi, dans le cadre de la Semaine de l’innovation. Le défi se poursuit ce samedi 9 décembre

de 13 à 19 heures. Au programme : l’atelier robotique pour fabriquer son propre robot, l’initiation au code pour animer des objets virtuels d’un mouvement de main, la création de lampes ou de fresques interactives, l’atelier de retrogaming pour jouer aux vieux jeux vidéo et ainsi séduire parents et enfants …

« L’idée est de dire qu’avec le numérique, le citoyen peut avoir une nouvelle place dans la société. Ce n’est pas seulement un outil informatique mais aussi une vraie culture dont nous allons pouvoir approfondir les usages » présente Sarah Waechter, responsable du service innovation et usages numériques, à l’initiative de l’événement.

Ce jeudi, une succession d’ateliers pratiques ont rivalisé d’imagination pour développer le numérique mais aussi innover dans toutes les dimensions citoyennes, de la création d’un petit livre personnalisé avec le collectif Co Design It à la découverte du Carrefour numérique FabLab, une forme de base de données collectives où sont partagés des projets, des ressources et des témoignages en commun…  Retour sur ce grand remue-méninges.

Dans une première pièce, des participants répertorient toutes les initiatives existantes dans la commune à l’aide d’une grande carte vierge, et proposent leurs propres propositions à l’aide de Playmobil, cubes de mousse et  pâte à modeler. « C’est une manière de reconfigurer la ville de tous les possibles, et de créer de l’utopie« , motive Stéphanie Marchais, animatrice de l’atelier. Près d’une cyclofficine, ou atelier de réparation de vélo, on voudrait voir surgir alors des jardins partagés, des cafés bio et même des frigos collaboratifs. Au-delà des frontières de la ville, Xavier Ganachaud, directeur d’équipement, s’est nourri de ces échanges pour parfaire la conception d’un « lavoir numérique » à Gentilly destiné à l’éducation à l’image et au numérique. « Cet atelier m’a permis d’apprendre comment intégrer la participation dans la vie d’un lieu culturel. »

Dans l’autre pièce, on se demande à quel point notre manière de consommer peut être impactante pour la planète. « Quel consommateur es-tu ? » interroge l’animatrice, qui range dans une catégorie en rouge « les consommateurs » dont les représentants n’ont pas les bons réflexes, et en bleu « les consomakers », ceux capables de se réapproprier un objet pour en avoir de nouveaux usages. « On apporte des éclairages« , confie Faïza Mekki, animatrice multimédia. « Avant, j’aurais jeté mon portable s’il ne marchait plus. Aujourd’hui, je pense plutôt à le réparer. » Pour mettre en oeuvre ce raisonnement vertueux, c’est un parcours en forme de marelle qui a été choisi avec pour cible la consommation de Nutella.

L’apprentissage, en lien avec la culture du numérique, est aussi questionné sous forme de « body-storming », une pratique consistant à franchir une ligne pour choisir le camp du oui, et celui du non, suite à une question. « C’est une façon de répondre collectivement, et de décliner les propositions pour permettre à un tiers-lieu de se déployer. C’en est une préfiguration », argumente Nathalie Caclar, à la direction de la culture du département.

Un projet de tiers-lieu ou FabLab

« L’objectif à terme, c’est bien d’ouvrir un tiers-lieu pour former une communauté, développer des apprentissages et faire participer la population fontenaysienne« , confirme Olivier Pizzuto, directeur des systèmes d’information. Ce tiers-lieu, dont la mise en place est prévue au milieu de l’année au pavillon Hervieu, prévoit deux espaces : un atelier FabLab composé d’outils et de commandes numériques, et un lieu d’échanges.

En avant-goût, un FabLab éphémère était tenu ce jeudi par toute l’équipe. L’occasion d’appréhender le peloteur de découpe, le bread board, le egg-bot et autre imprimante 3D. « On prépare des petits sapins et des bonshommes de neige pour un futur atelier avec les enfants grâce à l’imprimante. On ajoute un éclairage Led pour faire une village de Noël illuminé. On peut également dessiner ce que l’on veut sur des objets sphériques, comme les boules de décoration, en utilisant le egg-bot » explique Cédric Actis Dato.

Le service innovation et usages numériques attend les visiteurs ce samedi avec impatience.

 

En images

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *