Santé | Val de Marne | 14/03
Réagir Par

Greffe hépatique: l’ARS publie un erratum

Dans un communiqué publié ce mardi 13 mars, l’Agence régionale de santé indique que c’est par erreur que le projet régional de santé Ile-de-France mis en ligne pour concertation n’affiche qu’une seule autorisation de centre de transplantation hépatique et précise que le document va être corrigé et à nouveau publié.

(Voir notre article d’hier sur ce sujet)

« Le Projet régional de santé Île-de-France – actuellement soumis à consultation publique – prévoit d’accompagner les regroupements de centres de transplantation permettant un renforcement des ressources humaines spécialisées et des plateaux techniques pour l’ensemble des greffes, y compris la greffe de foie. Pour cette activité, il existe aujourd’hui 4 centres autorisés à pratiquer la greffe de foie pour les adultes en Île-de-France. Toutes les autorisations sont détenues par l’AP-HP (Pitié-Salpêtrière, Beaujon, Paul Brousse, Mondor). Concernant l’organisation des centres de transplantation hépatique dans le Val-de-Marne, l’AP-HP conduit actuellement des réflexions avec l’ensemble des acteurs concernés, y compris les élus. Le Projet régional de santé souhaite laisser la possibilité de deux autorisations pour cette activité pour le Val-de-Marne. C’est donc par erreur que le document actuellement soumis à consultation publique indique une borne haute à 1 autorisation au lieu de 2 dans les tableaux de la page 231 du schéma régional de santé. La volonté de l’ARS est en effet d’accompagner les équipes de l’AP-HP dans leur réflexion dans l’organisation de la greffe hépatique dans la Val-de-Marne, quelle que soit leur décision. Les documents seront corrigés en conséquence et à nouveau publiés sur le site de l’ARS Île-de-France dans les prochaines heures », indique l’ARS.

Voir notre dossier sur ce sujet

A lire aussi

Greffe hépatique: le retournement de l’ARS suscite la colère

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *