Urbanisme | | 21/12/2020
Réagir Par

Châtenay-Malabry: le destin de la Butte rouge en enquête publique

Châtenay-Malabry: le destin de la Butte rouge en enquête publique

Construite à partir des années 30 dans un style minimaliste Bauhaus pour loger les ouvriers de Paris, la Butte Rouge, dans les Hauts-de-Seine, fait l’objet d’un radical plan de transformation. Une enquête publique se tient jusqu’au 11 janvier afin de modifier le PLU (Plan local d’urbanisme) pour le mener à bien.

Objectifs du projet : “améliorer le confort et la qualité de vie des habitants dans le quartier de la Cité-jardin de la Butte Rouge, faciliter les liaisons du quartier avec l’axe de l’Avenue de la Division Leclerc et la forêt domaniale, favoriser les modes vélos et piétons, redonner de la cohérence aux espaces publics, valoriser et développer les espaces verts, promouvoir la mixité sociale et fonctionnelle”, est-il détaillé dans le dossier d’enquête publique.

De leur côté, plusieurs associations de défense du patrimoine s’inquiètent d’une “destruction” de la cité-jardin de la Butte Rouge et en appellent à l’Etat pour empêcher cette disparition en la classant “site patrimonial remarquable”.

“Nous demandons à la ministre de la Culture que la Butte Rouge soit classée comme site patrimonial remarquable”, déclare à l’AFP Julien Lacaze, président de l’association Sites et Monuments, selon lequel cette décision est attendue d’urgence.  

Selon les défenseurs de ce site emblématique de l’habitat ouvrier, seulement 15 % de la Butte Rouge (17 bâtiments sur 233) sera préservé à terme si le projet de réhabilitation promu par le maire Carl Segaud (LR) est entériné début janvier par l’Etablissement public territorial. 

Dans une volonté de densification, certaines maisons seront détruites, d’autres surélevées, agrandies à l’arrière, reliées aux maisons voisines, des bâtiments et parkings seront construits, “rompant l’équilibre actuel entre habitat et parc arboré qui fait le charme du site”, détaille Julien Lacaze. 

L’ancien maire LR de Châtenay, Georges Siffredi (LR), devenu président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, avait lancé ce projet afin d’édifier “une cité-jardin du 21e siècle”. Selon M. Siffredi et son successeur Carl Segaud, les normes des années 30 ne correspondent plus à celles d’aujourd’hui, des appartements sont trop exigus pour loger les familles nombreuses. Et le quartier, actuellement réservé à 100% de logements sociaux où vivent 10 000 personnes, doit développer la mixité sociale en diversifiant le type d’habitat.

L’association Châtenay Patrimoine Environnement craint au contraire que la Butte Rouge ne devienne “un quartier de promotion immobilière classique”.

Enquête publique jusqu’au 11 janvier

L’enquête publique, qui vise à concerter la population sur le projet, se tient jusqu’au 11 janvier. Le dossier est intégralement consultable en ligne et il est possible de déposer ses remarques et questions en ligne.

Voir le dossier d’enquête publique

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
5 commentaires pour Châtenay-Malabry: le destin de la Butte rouge en enquête publique
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi