Publicité
Environnement | Val de Marne | 24/06/2014
Réagir Par

14 pistes pour limiter le bruit des routes départementales

RD5-VitryLes grandes routes départementales (ex nationales et futures régionales),  RD7, RD6, RD5, D220, D58, D120… du Val de Marne contribuent à un dépassement du seuil  moyen de 68 décibels en journée  (niveau sonore au-delà quel le bruit est considéré comme gênant) qui impacte 16% de la population du département et à un dépassement du seuil de 62 décibels la nuit qui en concerne 9%.

Sur les 420 km de routes départementales du Val de Marne, 306 km supportent un trafic supérieur à 3 millions de véhicules/an. Et sur ces 420 km de voiries, 300 km contribuent à un dépassement du seuil sonore en journée de 68 décibels pour leurs riverains. Dans certaines villes comme Charenton-le-Pont ou Saint-Maurice, c’est plus de 35% de la population qui se retrouve surexposée au bruit. (Voir le détail par ville)

Afin de remédier à cette nuisance sonore, un projet de plan de prévention du bruit dans l’environnement du réseau routier départemental, présenté par le Conseil général, en charge du réseau routier départemental, fait actuellement l’objet d’une enquête publique jusqu’au 18 août. Ce plan dresse le constat des axes les plus générateurs de bruit, des villes  les plus impactées, identifie 43 axes prioritaires (en fonction de la population et des établissements sensibles (crèches, collèges) concernés), et avance 14 propositions pour y remédier.

Les 14 propositions en bref
1° Concilier isolation phonique et thermique en ciblant les actions de lutte contre la précarité énergétique dans les zones de bruit prioritaires.
2° poursuite des aides aux opérateurs ferroviaires pour les travaux d’isolation phonique le long des RER
3 et 4° diagnostic acoustique des bâtiments surexposés et les cantines scolaires
5° Intégrer la dimension acoustique lors des travaux de réfection d’un bâtiment
6° Contribuer aux alternatives à l’automobile (transports en commun, vélos et marche à pieds, fret ferré et fluvial)
7° Aménagements routiers (voie de transport en commun, piste cyclable, requalification de la voirie…)
8° Mise en place d’un indicateur de suivi de l’impact des travaux en termes de trafics et de bruit.
9° Mise en oeuvre des  grands projets selon le référentiel relatif aux projets d’aménagement et de construction durable
10° Faire connaître les enjeux liés au bruit dans le cadre des grands projets d’aménagement (OIN, CDT, ANRU …)
11° Poursuite du travail autour du pôle d’Orly
12° Suivi de la révision des PLU
13° Participation aux travaux de Bruitparif, observatoire du bruit en Ile‐de‐France
14° Actualisation des cartes du bruit

Pour aller plus loin, voir l’ensemble de l’analyse, la liste des 43 axes prioritaires, et le détail des actions proposées sur le site dédié à l’enquête publique. Possibilité de donner son avis en allant sur place ou par email à avis.ppbe@cg94.fr.
Voir aussi la carte détaillée du bruit dans le Val de Marne.

4 commentaires pour 14 pistes pour limiter le bruit des routes départementales
  • On peut aussi expliquer aux enfants (futurs citoyens de demain) que prendre sa bagnole pour aller de la maison à l’école (500m plus loin), ou à la boulangerie pour aller chercher la baguette, c’est inutile, et cela crée du bruit pour rien.

    On peut aussi mettre en place, ou obliger les livreurs de pizza à avoir des scooters électriques, bien moins bruyant que leurs pétardantes pétrolettes !

  • Le CG réalisant chance année MOINS de 20 km de pistes cyclable, pour tout le département : c’est pas gagné

    • Je ne veux pas être méchant, mais arrêtons avec les pistes cyclables, combien de cyclistes par jour? Les vrais usagers négligés sont les piétons !
      Tout le monde est piéton, et là, le bât blesse. Les trottoirs sont dans de mauvais états, tout est fait pour gêner la circulation des piétons :
      poubelles, détritus, rafictolage à l’arrage du bitume, passage piéton non protégé, ou si protégé par un feu faut attendre 107 ans pour traverser, des fois il faut faire des détours monstrueux pour traverser, trottoirs trop petits pour circuler avec poussette (champigny, le long du parc du tremblay), on doit circuler au milieu des voitures (champigny, parking parc du tremblay), suppression des passage piétons, passages piétons de différentes couleurs ou différents bitumes (à la fin on ne sait pas si c’est un passage piéton ou pas), les voitures garées sur les trottoirs.

      Donc avant de penser aux piétons, pensons à la majorité des usagers, les piétons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *